Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 13 août |
Saint Hippolyte de Rome
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

La guérison de Pauline Jaricot grâce à l’amour maternel

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Pauline-Marie Jaricot

Leemage | AFP

Aliénor Goudet - publié le 08/01/22 - mis à jour le 16/05/22

À l’âge de 15 ans, Pauline Jaricot (1799-1862) fait une mauvaise chute. Affligée de séquelles tant physiques que psychologiques, elle semble avoir perdu goût à la vie. Mais la foi et l’amour familial, en particulier celui de sa mère, sont les meilleurs remèdes contre le mal qui la ronge.

Tassin, 1814. En une journée pluvieuse, Jeanne Jaricot lâche un énième soupir d’angoisse. Cela fait déjà un mois que Pauline, la cadette de ses enfants, est tombée de son escabeau. Depuis, la jeune adolescente n’est plus la même.

Elle qui aimait chanter et rire, est à présent aigrie et triste. Sa maladresse prononcée dû à sa myopie s’est aggravée. À chaque perte d’équilibre, elle frappe les meubles et enchaîne les crises de nerfs. Elle erre à présent dans la maison familiale comme un fantôme.

Les médecins affirment que la vie de Pauline n’est plus en danger. Mais ce mal qui la ronge lui vient aussi du cœur. Jeanne connait sa fille. Malgré un grand amour pour le Christ, Pauline est malheureusement sujette à la vanité. Elle aime l’attention des garçons et les belles parures. Et très consciente de son état pitoyable, son orgueil se retourne contre elle et lui déchire le cœur.

Jeanne ne sait plus quoi faire mais refuse de renoncer. Chaque jour, elle traîne Pauline auprès du crucifix et prie avec elle. Même l’affligée admet que le seul remède possible est Dieu. Mais elle s’en croit indigne. Alors Jeanne redouble de prière et d’attention, malgré sa propre santé fragile. 

La mère et la fille partagent un sombre pressentiment. La mort n’est pas loin, mais pour qui ? Chacune prie pour que l’autre soit épargnée. Alors survient la mort de Narcisse, le grand frère de Pauline. La santé de Jeanne décline rapidement et on sépare les deux malades pour qu’elles n’aggravent pas leurs maux respectifs. 

Le salut de Pauline

À peine rentrée à Lyon, Jeanne s’effondre. Mais durant son agonie, elle offre sa souffrance pour sa fille. Et peu de temps avant sa mort, ceux qui l’entourent l’entendent dire ces mots. 

– Merci mon Dieu ! Pauline sera tout à toi ! 

On cache à Pauline la mort de sa maman, de peur que le chagrin ne l’étouffe. Mais cette dernière est déjà convaincue qu’elle ne verra plus sa chère mère. La fratrie Jaricot prend le relais pour convaincre Pauline de laisser Dieu l’approcher à nouveau. 

La cadette se laisse convaincre. Petit à petit, elle retrouve un équilibre adéquat et sa diction d’autrefois. Mais son mal-être n’est pas encore guérit. Pauline retombe dans la vanité mondaine, espérant y trouver quelque consolation. Mais ni le théâtre, ni les belles robes ne comble le vide de son âme. 

C’est la rencontre avec l’abbé Würtz qui achève de détacher Pauline de la vanité pour toujours. Après une confession libératrice, Pauline abandonne ses bijoux et se donne corps et âme à son prochain. Sans avoir de vocation religieuse, elle décide de tout donner à Dieu. 

Ainsi la promesse de Dieu à Jeanne est accomplie. Pauline marque l’histoire de la chrétienté par son élan missionnaire et en incarnant l’esprit de charité. Après une vie au service des autres, Pauline Jaricot rend l’âme en 1862. Elle sera proclamée bienheureuse le 22 mai 2022 à Lyon.

En partenariat avec

Logo OPM

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
bienheureuxguérisonpauline jaricot
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement