Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 23 septembre |
Saint Pio de Pietrelcina
home iconBelles Histoires
line break icon

Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool

WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A

Fred de Noyelle I Godong

Sainte Monique.

Anne Bernet - Publié le 12/09/21

Monique, la mère de saint Augustin, connut elle aussi, comme son fils, de fâcheuses habitudes. Elle avait par exemple développé une certaine addiction à l'alcool. La Providence aidant, sa conscience et sa force d’âme l’en délivrèrent.

Fille aînée d’un couple de la classe moyenne de Thagaste, Monique, née en 331, a été élevée à la dure par une vieille servante chrétienne qui jugeait utile de mortifier les sens des enfants. Par exemple en leur interdisant de boire un verre d’eau en dehors des heures de repas. Il fait chaud, l’été en Numidie, l’Algérie actuelle, et cette privation coûtait à la petite et à ses sœurs. Pour la justifier, la rude éducatrice disait : « Aujourd’hui, vous buvez de l’eau, faute de vin, mais une fois mariées, maîtresses de la dépense et de la cave, l’eau vous semblera fade quand l’habitude de boire se sera installée… » Autrement dit, elle pensait les prémunir contre l’alcoolisme mondain et solitaire de femmes mal mariées qui s’ennuieraient chez elles.

La clef de la cave

Ce fut le contraire qui arriva. L’épisode nous est rapporté par son fils Augustin, dans les Confessions (IX, 8). Monique avait quinze ans environ, le temps vînt où la vieille servante mourut et fut remplacée par une domestique du même âge que sa jeune maîtresse, avec laquelle, jalouse, elle s’entendit aussitôt fort mal. De disputes en disputes, dans lesquelles, l’une étant fille libre et l’autre de condition servile, Monique a toujours le dernier mot, la haine de la servante envers elle ne cesse de croître. Elle s’en rendait compte et se méfiait d’elle.

Vers cette époque, marque de confiance, ses parents confièrent à Monique la clef de la cave et la chargèrent d’aller, chaque jour, y prendre le vin pour les repas familiaux. Au bout de quelques jours, curieuse, Monique ne put s’empêcher de tremper les lèvres dans la boisson contre laquelle elle avait été tant mise en garde. L’irrésistible attrait du fruit défendu… 

Le vin romain est beaucoup plus lourd, plus épais que les nôtres, beaucoup plus alcoolisé aussi, au point qu’il faut le couper, pour le boire, de deux fois sa mesure d’eau, ce dont les vrais buveurs se gardent bien. Il n’en faut pas de grosses quantités pour s’enivrer vite et fort.

Rouge de confusion

Les premières fois, Monique trouve les quelques gouttes absorbées détestables ; elles lui donnent la nausée et lui font tourner la tête. Pourtant, jour après jour, elle y trempe les lèvres et, l’habitude venant, les quelques gouttes deviennent petites gorgées, puis les petites gorgées grandes lampées et, bientôt, des coupes entières, qu’elle siffle gaillardement et qui la mettent dans un état d’ébriété manifeste, ce dont ses parents, parfaitement indifférents, ne se rendent pas compte. Seule la servante, qui l’accompagne à la cave pour lui tenir la lampe, est au courant de ce honteux penchant. Elle n’en informe pas ses maîtres, sans doute dans l’intention de nuire plus gravement à Monique, le moment venu. Or, un midi, comme elles sont seules toutes deux à la cave, et Monique déjà un peu grise, elles se prennent de querelle et l’esclave, s’emportant mais sûre de son impunité, la traite de « sale petite biberonne de vin pur », autrement dit de poivrote. 

Sa honte fut telle qu’elle trouve la force, et il en fallait, de ne plus boire une goutte de vin.

L’injure la dessoule d’un coup. Il est invraisemblable qu’une esclave se permette de parler sur ce ton à sa maîtresse mais, rouge de confusion, Monique se rend compte qu’elle l’a mérité. Elle est en effet une petite ivrognesse qui s’arsouille en cachette, s’exposant à juste titre au mépris d’une servante insolente. Sa honte fut telle qu’elle trouve la force, et il en fallait, de ne plus boire une goutte de vin. Ainsi, avec la grâce de Dieu, se corrigea-t-elle définitivement de son vice.

Monique : mère de saint Augustin, par Anne Bernet, Artège, avril 2019, 14 euros.

Tags:
addictionalcool
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
3
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
4
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
5
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
6
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
7
WEB2-FAMILLE-LEFEVRE-YOUTUBE.jpg
Agnès Pinard Legry
Le premier single de la famille Lefèvre enfin disponible
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement