Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 01 novembre |
Tous les saints
home iconBelles Histoires
line break icon

Sainte Monique, les larmes d’une mère pour son enfant perdu

Gianni Dagli Orti / Aurimages

Le rêve de Sainte Monique et sa rencontre avec l’évêque de Thagaste.

Aliénor Goudet - Publié le 26/08/20

Beaucoup connaissent le nom et l’histoire de saint Augustin, le libertin devenu docteur de l’Église au IVe siècle. Mais ils oublient souvent son pilier de conversion : sa mère Monique qui a tant prié et pleuré pour lui durant ses années d’errance. Voici l’histoire de quelques unes de ces nombreuses larmes versées pour son fils.

Thagaste, 373. La nuit est tombée il y a bien longtemps sur la ville et la plupart des habitants dorment paisiblement. Pourtant, une lueur persiste dans la maison du fonctionnaire Patricius. Seule dans sa chambre, à la faible lumière d’une lampe à l’huile, Monique est recroquevillé et sanglote dans les draps de son lit.

La colère virulente avec laquelle elle a jeté Augustin, sa concubine et leur fils hors de chez elle il y a quelques jours est retombée, laissant place à un gouffre de tristesse dans sa poitrine. Son cœur est déchiré entre le regret d’avoir ainsi cruellement chassé son fils de chez elle, et le désespoir de le savoir prêchant les préceptes creux et blasphématoires de la secte manichéenne.

Depuis longtemps, elle sent l’écart grandissant entre son fils et l’enseignement de la foi chrétienne qu’elle lui a donné. Son libertinage et son goût pour le jeu en sont des preuves irréfutables. Mais jamais elle ne s’était imaginée qu’il tomberait si bas, si loin de Dieu et du Christ.

La peur que l’âme de son Augustin soit perdue à jamais lui tord le ventre. Elle tente de prier mais ses mots se transforment vite en appel désespéré.

– Seigneur, que dois-je faire pour sauver mon fils de lui-même ? répète-t-elle, incapable de formuler quoi que ce soit d’autre.

Épuisée par l’émotion et le chagrin, Monique finit par s’endormir en répétant sa demande. Mais en rouvrant les yeux, elle se voit debout sur une règle de bois. Même dans son rêve, les larmes coulent toujours. Une voix l’interpelle alors.

– Monique, dit-elle, pourquoi pleures-tu ?

Elle aperçoit en levant les yeux un être de lumière d’une beauté époustouflante qui lui sourit avec douceur.

– Mon fils s’éloigne de plus en plus de Dieu, répond-t-elle. Je ne sais plus quoi faire.
– Ne sois pas inquiète, lui dit l’être en pointant à côté d’elle. Vois ton enfant. Il est là où tu te trouves.

Monique se retourne. En effet, Augustin se tient quelques pas derrière elle sur la même règle. Puis elle se réveille en sursaut dans son lit, au moment même où une servante pénètre dans sa chambre, lui demandant si tout va bien.

– Oui, je vais bien mieux, dit-elle. Envoie quelqu’un trouver mon fils, et lui faire savoir qu’il peut reprendre sa place ici.

Quelques jours plus tard, de nouvelles larmes piquent les yeux de Monique. Augustin ne veut rien entendre de sa vision et tente même de tourner les mots de l’être de lumière à son avantage et celui des manichéens. Quelle tête de mule ! Et face à son esprit si vif, le débat n’a pas duré. Comment peut-on être à la fois si brillant et si dérouté ?


TEENAGER

Lire aussi :
Vos enfants rejettent la foi ? Songez à sainte Monique

C’est donc pour cela que Monique se trouve à l’église pour de nouveau prier et demander le salut pour son fils. Le souvenir de son songe l’empêche de désespérer mais elle n’en reste pas moins démunie. Une main chaleureuse se pose alors sur son épaule et Monique sursaute.

– Pourquoi pleurez-vous ainsi ?

Durant un instant elle espère qu’il s’agisse de l’être de lumière, mais c’est l’évêque de Thagaste qui se tient là. Elle lui raconte ses tourments, alors que les larmes coulent toujours. Mais comme l’être de lumière, l’homme lui répond simplement.

– Ne craignez rien. Il est impossible que périsse ce fils de tant de larmes.

Sur le chemin du retour, Monique s’interroge sur les mots de l’évêque si semblable à ceux de son rêve. « Ne crains pas », lui a-t-on dit. Par deux fois, Dieu lui a fait parvenir ce message. Elle sait une chose au moins : le Seigneur n’a pas l’intention d’abandonner son fils.

Mais alors qu’elle entre chez elle, les serviteurs lui annonce qu’Augustin a pris un vaisseau pour Rome, sans prévenir. De nouveau, Monique pleure. Mais si la colère et la tristesse lui brûlent le cœur, une lueur scintille au fond d’elle alors qu’une nouvelle conviction prend racine : peu importe la durée de son errance, peu importe le nombre de larmes qu’il lui fera verser. Augustin reviendra à Dieu.


Tableau de Rogier van der Weyden

Lire aussi :
Les larmes, baromètre de la vie spirituelle ?

À travers ses larmes, elle ordonne au serviteur de préparer ses bagages.

Il faut à Monique plus de 15 ans de larmes et de prière avant la conversion totale de son fils en 387, l’année même de sa mort. Le pape Pie V l’inscrit au calendrier liturgique au XVIe siècle. Elle est la sainte patronne des mères chrétiennes. On dit que par deux fois elle fut mère de saint Augustin, une fois pour le monde terrestre et une fois pour le ciel.

Découvrez aussi ces saint(e)s de père (mère) en fil(le)s :
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
saint Augustin
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Mathilde de Robien
L'attestation pour se rendre à la messe de la...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement