Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 23 septembre |
Saint Pio de Pietrelcina
home iconArt & Voyages
line break icon

Le cantique des cantiques, l’ivresse de l’amour

WEB2-TAPISSERIE-CANTIQUE-DES-CANTIQUES-G.Garitan.jpg

G.Garitan — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, wikimedia commons

Tapisserie française sur le thème du cantique des cantiques. Palais du Tau à Reims.

Marc Paitier - Publié le 30/08/21

Fruit de la vigne et du travail des hommes, le vin occupe une place importante dans la Bible. Plus de 440 passages mettent ainsi en scène le vigneron, la vigne et le vin. Alors que les vendanges commencent, le général Marc Paitier nous emmènent pendant plusieurs semaines à travers les Saintes Écritures afin de découvrir toute la richesse de cette image, symbole de l'amour de Dieu pour son peuple, qui s'accomplit ultimement dans le sacrifice de son Fils, la vigne véritable. Découvrez aujourd’hui le cantique des cantiques. (5/17)

Le Cantique des cantiques est un dialogue d’amour d’une beauté incomparable. Dans le magistral commentaire qu’il en fit, Dom Jean de Monléon (1890-1981), moine bénédictin, s’appuyant sur l’enseignement des Pères de l’Église, rappelle que les Juifs l’ont qualifié ainsi parce que le superlatif dans leur langue exprime la transcendance. Ainsi, le lieu le plus saint du temple est nommé « le Saint des saints » ; le Messie attendu devait être « le Roi des rois » et le « Seigneur des seigneurs ». Il y a bien d’autres cantiques dans la Bible mais celui-ci les surpasse tous. Il ne ressemble pourtant pas à une prière. Dieu n’y est pas nommé formellement, une seule fois, et il met en scène l’amour entre un homme et une femme avec une sensualité et des mots que l’on cache habituellement aux âmes pieuses. Il faut considérer, par-dessus tout, le sens mystique du texte. La tradition juive est aussi affirmative que la tradition catholique sur ce point. Les Juifs voyaient dans ce cantique, l’union conclue au Sinaï entre Dieu et leur nation élevée au rang d’épouse. « La tradition catholique a suivi la même voie mais en substituant l’Église à la Synagogue. » Ce chant d’amour humain est aussi un reflet de l’amour brûlant de Dieu pour l’humanité malgré toutes ses infidélités. La vigne et le vin occupent une place de choix dans le texte. L’épouse est comparée à une vigne, et l’époux, au cellier dans lequel l’ivresse de l’amour supplante celle du vin.

Voici quelques morceaux choisis suivis de courts commentaires :

L’Épouse

Qu’il me baise de baisers de sa bouche !

Car ton amour est meilleur que le vin ; (I,2)

Mon bien-aimé est pour moi une grappe de Chypre (I, 14)

Des vignes d’Engaddi

Le raisin de Chypre était réputé pour ses grappes énormes et le vin que l’on en tirait comptait dans l’Antiquité, parmi les crus les plus réputés. Engaddi est une oasis d’une beauté époustouflante située sur la rive occidentale de la mer Morte. Elle contraste avec l’austérité du désert de Judée et la sombre étendue de la mer Morte, miroir d’eau sans vie que ne sillonne aucun bateau et que ne survole aucun oiseau. Couverte de palmiers, de vignes et d’herbe grasse, elle semble être une survivance du jardin d’Eden où viennent paître les troupeaux et où les hommes trouvent un havre de paix. Le vin d’Engaddi exprime la beauté et la richesse du lieu. Il est doux, tendre, suave et réconfortant comme l’Époux, même si l’amour de celui-ci est encore meilleur.

Il m’a fait entrer dans son cellier,

Et la bannière qu’il lève sur moi, c’est l’amour

Soutenez-moi avec un peu de raisin

Fortifiez-moi avec des pommes, 

Car je languis d’amour. (II, 4,5)

Le cellier est la pièce où l’on conserve le vin. C’est un lieu empli de paix et de sérénité, protégé des agressions extérieures et des turpitudes du monde. Il abrite dans sa fraicheur et sa pénombre le meilleur des nectars. Isolée du monde avec son bien-aimé, l’épouse est plongée dans une sorte d’ivresse mystique. Les âmes qui veulent marcher sur les traces de l’épouse doivent apprendre, elles-aussi, à s’isoler, l’esprit dégagé de tout souci pour ressentir à leur tour, dans un face à face avec Dieu, la force de l’amour. 

Mon bien-aimé prend la parole et me dit :

« Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens !

Car voici que l’hiver est fini ;

La pluie a cessé, elle a disparu…

La vigne en fleur exhale son parfum

Lève-toi mon amie, ma belle et viens ! ...

Montre-moi ton visage,

Fais-moi entendre ta voix… » (II, 10,14)

Tous les êtres vivants sont tiraillés entre les effets contradictoires de la force magnétique de la terre et de la force cosmique du soleil. Les Grecs distinguaient les plantes dionysiennes qui montrent une puissante prédilection pour les forces d’attraction terrestre et les plantes apolliniennes attirées par le soleil qui ne font que monter vers le ciel. Le blé appartient à ce dernier type ce qui explique comment sa tige aussi fine, puisse monter si haut tout en défiant le vent. La vigne, comme toutes les plantes, est partagée entre les deux forces d’attraction mais elle est l’archétype des plantes dionysiennes qui reçoivent dans leurs racines une formidable puissance, capable de percer en profondeur les sols les plus durs et les plus pauvres. Par ce lien excessif avec les forces terrestres, la vigne est presque incapable d’accomplir par elle-même la moindre ascension vers le haut. À la fin du printemps, la vigne fait des efforts démesurés pour s’élancer en l’air alors que la gravité la tient captive. C’est un phénomène que l’on ne peut pas observer sans émotion comme si la vigne avait une nostalgie solaire.

L’humanité qui conserve la nostalgie du jardin d’Eden.

Les fleurs de la vigne sont la plus belle manifestation de cette nostalgie. Elles sont modestes, timides, cachées au milieu de la plante, mais elles génèrent pendant quelques jours un parfum extraordinairement subtil qui monte des rangs de vigne et embaume à plusieurs mètres à la ronde, signe que la vigne conserve malgré son état fortement terrestre un lien avec le monde solaire. Comment ne pas associer ce caractère de la vigne à celui de l’humanité qui conserve la nostalgie du jardin d’Eden ? L’homme qui subit les effets pesants de la matière porte aussi son regard vers le Ciel, vers Dieu et dans les moments où il parvient à se détacher de la terre, il rayonne la joie et le bonheur, comme la vigne son parfum. C’est ici que nous revenons aux versets du Cantique des cantiques. L’hiver qui anesthésie les sentiments a pris fin, la pluie qui refroidit les ardeurs a cessé de tomber, le soleil qui réchauffent les cœurs, luit. C’est le moment où le parfum de la vigne en fleur rend l’atmosphère aérien, propice à l’expression de l’amour et à la fusion des âmes : « Lève toi mon amie, ma belle et viens. » 

L’apparition de la fleur est un épisode émouvant. L’été est proche et les promesses du futur millésime sont là, présentes dans ces fleurs minuscules. Le parfum qu’elles exhalent, agit comme un baume.  Pour le vigneron, c’est une récompense après les durs travaux de l’hiver et du printemps, un message de reconnaissance qui ravit celui qui a pris soin de sa vigne. Il savoure cet instant plein d’espérance. Dans cent jours, les raisins seront mûrs. Il prend le temps d’une pause pour contempler sa vigne avec tendresse et en respirer le parfum. Cette beauté séduit ses sens mais le touche jusqu’à l’âme. Le moine-vigneron comprend dans cet instant fugace combien la Création est riche d’un luxe accessible aux plus humbles et aux plus pauvres. Il y voit le visage de Dieu ; il entend sa voix.

L’Époux

La courbure de tes reins est comme un collier,

Œuvre de mains habiles ;

Ton sein est une coupe arrondie

Remplie d’un vin aromatisé ; (VII, 3)

Les moyens modernes de diffusion des images représentent la femme comme un objet de jouissance. Les esprits sont tellement pervertis qu’ils ne savent plus voir la beauté des corps avec les yeux de la pureté, avec les yeux de Dieu. Le pape Jean Paul II affirme que « dans la lumière qui vient de Dieu, le corps humain conserve lui aussi sa splendeur et sa dignité. Si on le sépare de cette dimension, il devient d’une certaine manière un objet, facilement avili, puisque ce n’est qu’aux yeux de Dieu que le corps humain peut rester nu et découvert et conserver intactes sa splendeur et sa beauté ». Le Cantique des cantiques est par excellence le poème qui décrit le corps de la femme éclairé par la lumière de Dieu. Nous en avons là un exemple. On peut voir dans le modèle parfait de cette coupe, le cœur de la Très Sainte Vierge Marie : « C’est une coupe sans défaut, admirablement travaillée, où l’on trouve le vin du divin Amour, vin qui donne la vie et la vraie joie. Et une coupe inépuisable, quand même tous les pécheurs de la terre viendraient s’y abreuver, elle serait toujours pleine. »L’auteur parle d’un vin aromatisé ce qui n’a rien de surprenant car dans l’Antiquité on introduit dans le moût des aromates destinés à relever le goût et à gommer les défauts : thym, cannelle, fleurs, plantes, épices…

Que tes seins soient comme les grappes de la vigne

Et ta bouche comme un vin exquis (VII, 9)

L’Épouse, image de l’Église, ne donne pas seulement le lait réservé aux nourrissons et aux enfants, mais un vin généreux et puissant qui fortifie et enivre d’amour tous ceux qui y goûtent. La bouche représente la prédication, la bonne parole des saints comparée à un vin excellent par ses vertus.

VIGNERONS DU CIEL

Cliquez-ici afin de précommandez le prochain livre de Marc Paitier à paraître le 25 novembre 2021.

Tags:
AmourBiblevin
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
3
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
4
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
5
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
6
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
7
WEB2-FAMILLE-LEFEVRE-YOUTUBE.jpg
Agnès Pinard Legry
Le premier single de la famille Lefèvre enfin disponible
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement