Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Emmanuel Macron contre un allongement du délai légal de l’IVG à 14 semaines

080_HL_XBOUZAS_1490111.jpg

Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP

Agnès Pinard Legry - publié le 02/07/21 - mis à jour le 04/07/22

Dans une interview accordée au magazine "Elle" le président de la République, Emmanuel Macron, a déclaré ne pas être favorable à un allongement du délai pour avorter de 12 à 14 semaines. Une intervention surprenante à plus d’un titre.

Le président de la République est revenu sur la question de l’avortement dans un entretien accordé au magazine féminin Elle. Interrogé sur l’allongement du délai à l’avortement de 12 à 14 semaines, une proposition de loi rejetée par le Parlement en février 2021, il a déclaré n’y être « pas favorable ». « Chaque année entre 4.000 et 5.000 femmes vont à l’étranger pour pouvoir le faire, mais c’est avant tout le signe d’un échec de notre prise en charge », assure-t-il. « Je mesure le traumatisme que c’est pour une femme d’avorter ». Et il va même plus loin. À la journaliste lui rappelant qu’il peut le mesurer, certes, mais uniquement jusqu’à une certaine limite il lance : « Cela ne m’empêche pas de le mesurer avec beaucoup plus de respect que des gens qui pensent que ce n’est rien d’avorter à 16 semaines. Tous les gynécologues le disent, c’est plus traumatisant dans ces délais-là ».

Je mesure [le traumatisme de l’avortement] avec beaucoup plus de respect que des gens qui pensent que ce n’est rien d’avorter à 16 semaines.

Que cherche donc Emmanuel Macron ? Quelques jours à peine après l’adoption définitive de la loi bioéthique qui ouvre notamment la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules et que lui-même a qualifié d’ « aboutissement majeur », il décide de revenir sur l’avortement. De là à y voir un gage donné à de potentiels électeurs échaudés par le vote du projet de loi bioéthique à quelques mois de la présidentielle, il n’y a qu’un pas.

Illustration du fameux « en même temps » d’Emmanuel Macron, témoignage de la « pensée complexe » du président ou calcul électoraliste, ses propos pourraient donner l’illusion d’un débat apaisé dans la majorité. Le président du groupe LREM à l’Assemblée, Christophe Castaner, n’a pas hésité à prendre le contre-pied d’Emmanuel Macron au micro de France info ce vendredi matin. « Nous savions qu’Emmanuel Macron n’y était pas favorable », a précisé Christophe Castaner. « Il nous arrive d’avoir des approches pas totalement identiques avec le président de la République, et nous en parlons ensemble », a-t-il continué.

Tags:
AvortementEmmanuel Macron
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement