Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 22 mai |
Sainte Rita (Marguerite) da Cascia
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

La demande au parrain et à la marraine : avant ou après la naissance ?

shutterstock_1309444264.jpg

Antonio Guillem I Shutterstock

Claire de Campeau - publié le 30/06/21 - mis à jour le 27/03/23

Une fois le parrain et la marraine choisis, vient le moment de leur demander s’ils acceptent d’endosser ce rôle important. Est-il plus opportun de leur demander avant ou bien après la naissance de l’enfant ? Au début ou à la fin de la grossesse ?

Certains parents attendent symboliquement le jour de la naissance pour demander à leurs proches si ces derniers acceptent de prendre le rôle de parrain et marraine de leur enfant. Les raisons peuvent être multiples : le choix peut différer selon le sexe de l’enfant à naître ou bien la projection peut être difficile tant que l’enfant n’est pas là. Charlotte explique éprouver une crainte tant qu’elle ne tient pas son enfant dans ses bras, crainte qui l’empêche de faire sa demande avant le jour J. Si Marguerite partage la même crainte qu’elle, cette dernière trouve au contraire rassurant de savoir que ce bébé aura eu, quoiqu’il advienne, un parrain et une marraine.  

Quand le choix est posé durant la grossesse, parfois même au tout début de la grossesse, les parents justifient leur choix par leur souhait d’investir les parrains et marraines dès le début de la vie de leur enfant, in utero. Bénédicte, dans le rôle de la marraine, a apprécié qu’on le lui demande très tôt ce qui lui a permis de pouvoir soutenir les parents pendant la grossesse, après les échographies et de commencer à prier pour son filleul avant même qu’il ne vienne au monde. Il y a alors une acceptation, aussi bien de la part des parents que du parrain ou de la marraine, d’endosser ce rôle quoiqu’il advienne. Un rôle qui prend une dimension spirituelle très forte dans le cas notamment de Marie qui confie être “heureuse que [son] bébé né sans vie ait un parrain et une marraine.”

Demander avant la naissance aux intéressés s’ils sont d’accord de devenir parrain et marraine de l’enfant permet également de pouvoir leur donner une place « prioritaire » pour les visites à la maternité et partager avec eux l’émotion du grand jour qui arrive. 

Une plus grande liberté

Pour des raisons pratiques, il peut être judicieux de rapidement poser la question afin de pouvoir organiser rapidement le baptême après la naissance. Cela permet également de porter son choix sur d’autres personnes en cas de refus et de laisser du temps aux potentiels parrain et marraine de réfléchir avant de donner leur réponse. Comme le souligne Sophie, demander avant la naissance permet également de laisser une plus grande liberté au parrain et à la marraine de refuser : il peut paraître plus compliqué de refuser une fois le bébé arrivé !

Quel que soit le moment choisi pour poser la fameuse question aux intéressés, la demande conservera toujours une dimension très importante, jamais anodine, ni dans la vie de l’enfant ni dans celle du parrain et de la marraine. Pour un lien créé idéalement pour la vie, en renfort du lien paternel et maternel. 

Tags:
BaptêmeParents
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement