Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 17 septembre |
Sainte Hildegarde de Bingen
home iconTribunes
line break icon

N’ayons pas peur des mots !

PAPA

© Nathalia_Guaus_Patricio - shutterstock

Geoffroy de Vries - Publié le 26/06/21

Si les mots "père", "bioéthique", "république"… prennent aujourd’hui des sens différents de leur signification d’origine, c’est pour déconstruire le droit et les relations humaines. Dans « Le Hold-up des mots » (L'Archipel), l'avocat Geoffroy de Vries décrypte la dénaturation politique de ces mots clés dont il donne quelques exemples pour Aleteia.

« Votre problème, c’est que vous croyez qu’un père est forcément un mâle », affirmait Emmanuel Macron, lors d’une réception à l’Élysée le dimanche 26 janvier 2020 pour les trente ans de la Convention internationale des droits de l’enfant. Sans s’attarder sur l’emploi du mot « mâle », Emmanuel Macron considère qu’un père n’est pas forcément un homme ; c’est donc qu’il peut être une femme. Cette tendance à rejeter le réel en dénaturant le langage pour imposer de nouvelles idées n’est pas nouvelle. 

L’expression politique, souvent idéologique, détourne le sens des mots pour nous faire entrer dans un nouveau monde, dénoncé par George Orwell dans son célèbre roman 1984, où tout est relatif car tout se vaut, où la vérité ne se distingue plus du mensonge, où les mots ont le sens qui leur est attribué tantôt par une loi, tantôt par une minorité, pour faire valoir ou imposer des idées. On assiste à une déconstruction du langage ou un hold-up des mots, pour nous influencer à penser autrement. Et cette manipulation linguistique entraîne notamment une déconstruction du droit, surtout lorsqu’il concerne les personnes, les liens entre les personnes (mariage, filiation), l’origine ou le terme de la vie. 

Comprendre ce que nous sommes

Que signifie désormais le mot « père » lorsqu’il peut être une femme, comme a pu l’affirmer Emmanuel Macron et avant lui Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé ? Que signifie le mot « animal » quand on remet ainsi en cause la frontière entre l’homme et l’animal, en autorisant avec le projet de loi Bioéthique la création d’embryons chimères animal-homme ? 

Il importe d’être bien conscient des enjeux inhérents à l’utilisation politique de la sémantique.

Que penser du mot « égalité » quand il sert à justifier toujours plus de droits, parfois au profit de quelques-uns ? Du mot « dignité » quand il est utilisé pour faire valoir l’euthanasie ou le suicide assisté ? Quel sens donner au mot « république », tellement rabâché, mis à toutes les sauces, devenant le substantif des politiques en mal d’arguments ? À chaque attentat islamiste, voici le microcosme politique quasi unanime hurlant que « la République est en danger ». Pourtant, ce sont avant tout les hommes et femmes que l’islamisme met en danger, plus que le système républicain. Quand un musulman terroriste tue, il crie : « Allah Akbar », ce qui veut dire : « Dieu est grand », et non pas : « À bas la République » ! Si les dirigeants politiques osaient parler davantage de la « France » plutôt que de la « République », n’aurions-nous pas plus de facilité à comprendre ce que nous sommes et ce qui nous unit profondément ? Si le mot « conservateur » ne renvoyait pas à la notion de « rétrograde, hostile au progrès » mais à l’idée de conservation de certaines valeurs ou habitudes, comme en matière d’éducation des enfants par exemple, le débat public n’en serait-il pas changé ? 

L’utilisation politique de la sémantique

Peut-on réellement parler de « loi bioéthique » dès lors que la bioéthique n’a réellement de sens que pour limiter les excès de l’homme et fixer un cadre juridique à la science mais qu’elle devient un prétexte pour soi-disant faire « évoluer » le droit, approuver ce que l’éthique réprouve et donner une bonne conscience au législateur ? Face à la confusion savamment entretenue par ceux qui ont intérêt à ne pas débattre sur les sujets de fond et le sens des mots, il importe d’être bien conscient des enjeux inhérents à l’utilisation politique de la sémantique. Le Hold-up des mots (L’Archipel) a ainsi pour objectif de redonner du sens aux mots. Pas à tous les mots, bien évidemment — il ne s’agit pas d’un dictionnaire —, mais à certains couramment utilisés dans le langage politique et culturel. Pour rebâtir une pensée intelligente et des idées en adéquation avec la réalité, pour redevenir « maître » des mots et ainsi de soi-même, redéfinissons les mots, retrouvons leur sens. Il nous faut parler juste, toujours plus juste. N’ayons pas peur des mots…

hold up des mots

Le Hold-up des mots, par Geoffroy de Vries, L’Archipel, juin 2021.

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
4
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
5
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
6
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
7
Isabelle Cousturié
Devant le Christ en croix, la prière qui protège de tous les malh...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement