Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 15 juin |
Sainte Germaine Cousin
home iconAu quotidien
line break icon

Des mots pour aider son enfant à identifier une agression sexuelle et s’y opposer

MOLESTOWANIE SEKSUALNE

Ngukiaw | Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 05/06/21

Maëlle Challan Belval, éducatrice à la vie affective et sexuelle, explique aux enfants la différence entre les touchers-bonheur, qui rendent heureux, et les touchers-malheur, qui blessent ou rendent honteux. Une distinction qui permet à un enfant de reconnaître une agression d’ordre sexuel et de dire non.

Il n’est pas évident d’aborder le sujet des abus ou agressions sexuelles avec un enfant. Ne rien dire, pour préserver son innocence, pourrait le mettre en danger. Et tout dire le projetterait soudainement dans un monde affreusement angoissant. Dans une série de podcasts intitulée « Ton corps, c’est toi », Maëlle Challan Belval, présidente de Comitys, organisme de formation en éducation affective et sexuelle, s’adresse aux enfants pour répondre à leurs questions sur le corps et sur l’amour. Dans l’un d’entre eux, elle leur apprend à faire la distinction entre les gestes qui font du bien, les touchers-bonheur, et les gestes qui font mal, les touchers-malheur. Elle engage ainsi l’enfant à écouter son « système d’alarme intérieur » pour préserver l’intégrité de son corps. Un bon outil pour repérer les gestes permis et les gestes défendus.

« Le toucher fait partie de notre vie depuis le début », explique d’emblée Maëlle Challan Belval, rappelant les câlins et les caresses que prodigue une mère à son enfant. Le corps parle, et le toucher est une manière de prendre soin de l’autre, de dire « je t’aime ». Figurent dans la catégorie des touchers-bonheur les câlins, les caresses, les chatouilles, les baisers, les bagarres pour rire, le fait de se prendre par la main, de poser une main sur une épaule pour consoler… « Ce sont des touchers qui font du bien, qui rendent heureux à l’intérieur », précise-t-elle.

Au contraire, les touchers-malheur sont « des gestes qui font mal, qui agressent le corps, qui blessent le cœur ». Par exemple : recevoir un coup de pied, une fessée, être pincé, poussé ou mordu… Dans cette catégorie des touchers-malheur, certains ne font pas vraiment mal mais sont troublants, gênants. Cela peut être, parmi les jeux de la cour de récréation, d’être obligé d’embrasser quelqu’un, de baisser un pantalon, de poursuivre les filles pour leur toucher les fesses… Des touchers qui ne respectent pas l’autre.

Il existe aussi des touchers-malheur d’ordre sexuel. Ce sont les agressions sexuelles. « Un enfant a le droit de dire non à un toucher-malheur », martèle Maëlle Challan Belval. « Il a le droit de dire non à un autre enfant, à un grand, un adolescent, et même à un adulte ! Il a le droit de désobéir à un adulte pour un toucher malheur parce qu’il est interdit d’être violent envers un enfant ou de pratiquer sur lui des touchers qui le troublent. Ton corps est précieux, il ne doit pas être malmené. »

Comment distinguer les touchers-bonheur et les touchers-malheur ?

Maëlle Challan Belval propose un bon outil : le système d’alarme intérieur. Elle invite l’enfant à se demander : quand quelqu’un me touche, qu’est-ce que je ressens dans mon cœur, à l’intérieur de moi ?

Les touchers-bonheur apportent de la joie. « Si tu ressens de la joie, de la détente, de la tendresse : c’est un toucher bonheur. » Des touchers qui génèrent aussi de la sécurité, et qui supposent que les deux personnes soient d’accord.

Les touchers-malheur apportent de la détresse : « Si tu ressens un malaise, de la gêne, de la honte, il peut s’agir d’un toucher-malheur. On se sent en danger. En ce cas, il est très important d’oser en parler car cela empêche un enfant de grandir correctement. »

Cependant, l’éducatrice en vie affective et sexuelle souligne deux exceptions aux touchers qui génèrent de la gêne : les touchers d’hygiène nécessaires, quand un enfant est plâtré par exemple et que ses parents l’aident à prendre sa douche. Même s’il ressent de la gêne, il ne s’agit pas d’un toucher-malheur ! De même les touchers médicaux nécessaires, lorsque le médecin demande de se déshabiller pour ausculter, il s’agit d’un toucher qui vise son bien-être.

Tags:
abus sexuelsenfant
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-MAYLINE-MIRACLE-EMMANUEL TRAN
Agnès Pinard Legry
La guérison de Mayline, le miracle attribué à Pauline Jaricot
2
Mathilde de Robien
La plus belle question à poser à votre conjoint le soir en rentra...
3
Brother, Sister, Family
Edifa
Parents, évitez ces erreurs avec votre aîné
4
Mathilde de Robien
Mode d’emploi pour prier le chapelet
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir pour comprendre la démission (refusée par le...
6
Anna Gebalska-Berekets
Sœur Julie, l’ange de la bonté des camps nazis
7
Mathilde de Robien
Après des infidélités et une séparation, comment Jésus a finaleme...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement