Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 19 juin |
Saint Jude
home iconAu quotidien
line break icon

Une émotion, une astuce de saint : combattre la paresse avec Jérôme de Stridon

Mary Long I Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 06/05/21

Comment les plus grands saints ont-ils géré leurs émotions ? En lien avec Edwige Billot, auteur de « Et si les saints nous coachaient sur nos émotions ? » (Téqui), Aleteia vous propose de découvrir chaque jour une astuce de saint pour orienter une émotion selon le cœur de Dieu. Aujourd’hui, combattre la paresse avec saint Jérôme. (4/5)

« J’ai compris que nous ne pouvions pas aller à la messe en laissant sur le parvis notre colère ou notre tristesse. Non ! Le Seigneur nous demande de venir vers Lui avec tout notre être », confie Edwige Billot, auteur de l’ouvrage Et si les saints nous coachaient sur nos émotions ? (Téqui). Passionnée à la fois par la dimension psychologique de l’homme et par les témoignages des saints, elle est convaincue que ces derniers ont saisi à quel point Dieu désire nous rejoindre au cœur de nos émotions. Si elles peuvent nous faire trébucher, elles peuvent aussi, à l’instar des saints, permettre de grandir et de prendre de bonnes décisions.

L’oisiveté, mère de tous les vices

Procrastination, flemme, paresse… Autant d’émotions qui nous sont familières, et qui demandent à être combattues. En effet, pour saint Paul, la paresse est un péché contre la charité. « En ne faisant pas ce que l’on peut attendre de nous, nous blessons les autres et nous-mêmes, puisque nous ne mettons pas en œuvre les talents qui sont les nôtres », précise Edwige Billot. En outre, l’oisiveté est dangereuse dans la mesure où elle facilite les tentations.

« L’oisiveté est mère de tous les vices » prévient la sagesse populaire. Et elle n’est pas la seule à mettre en garde contre la paresse. Les Ecritures n’y vont pas par quatre chemins : « Le paresseux ressemble à une pierre crottée, tous le persiflent à cause de son déshonneur. Le paresseux ressemble à un tas de fumier : tous ceux qui en ramassent secouent la main », peut-on lire dans le Livre de Ben Sira le Sage (Sir 22, 1-2). « Les désirs du paresseux le tuent, car ses mains refusent de passer à l’acte » (Pr 21, 22) déclame le livre des Proverbes, tandis qu’il encense la femme « qui ne mange pas le pain de l’oisiveté » (Pr 31, 27). Saint Paul non plus n’est pas tendre avec les paresseux qui fuient leur devoir dans les diversions : « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. Or, nous apprenons que certains d’entre vous mènent une vie déréglée, affairés sans rien faire. À ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus Christ cet ordre et cet appel : qu’ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné. » (2Th 3, 10-12).

« Vis de telle sorte que le démon te trouve toujours occupé »

Saint Jérôme, docteur de l’Église, traducteur de la Bible en latin au Vème siècle, préconise un remède infaillible pour ne pas tomber dans les tentations liées à l’oisiveté : demeurer dans l’action, de telle sorte que le démon nous trouve toujours occupés. « Vis de telle sorte que le démon te trouve toujours occupé » (Lettres, 4), écrit-il en ce sens à son ami Rusticus. Car si nous sommes occupés à faire le bien, alors nous sommes, en toute logique, moins disponibles aux sollicitations du mal.

Tags:
émotionparesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement