Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 15 juin |
Sainte Germaine Cousin
home iconAu quotidien
line break icon

Anne.K, l’un des tout derniers médailleurs 100% made in France

Anne.K

Marzena Devoud - Publié le 27/02/21

Anne.K est une manufacture familiale comme il en existe peu. En une seule entreprise, elle réunit le travail de la main de l’artiste et de l'outilleur. Le tout ancré dans une passion pour le savoir-faire ancestral et une conviction que l’art et la foi sont indissociables. Décryptage du secret de fabrication des médailles de baptême d’Anne Kirkpatrick secondée par son fils Bruce.

C’est la belle histoire de famille d’une mère artiste et de son fils qui ont fondé ensemble en 2014 une maison de création de médailles de baptême dans le plus grand respect de cette tradition artisanale. Un art qui conjugue le savoir-faire de trois métiers rares : celui de l’artiste médailleur, du graveur et de l’artisan bijoutier qui frappe les médailles. Un processus de création exigeant dans lequel Anne Kirkpatrick excelle. Âgée de 67 ans, cette ancienne institutrice est devenue sculpteur puis artiste médailleur. Secondée par son fils Bruce, elle crée des médailles de baptême uniques, de véritables petites œuvres d’art pleines de grâce et de douceur.

Anne.K

Issue d’une famille où l’expression artistique est une seconde nature, Anne se lance dans la sculpture après avoir été institutrice pendant dix ans en classes maternelles. En 1996, elle a l’opportunité de créer une Vierge pour la place de Rozès, son village dans le Gers. Un pari réussi qui l’amène à se spécialiser dans la sculpture de statues monumentales.

Il y a eu un véritable déclin des médailles de baptême dans les années 60-70. Finalement il a fallu un saut de deux générations pour reprendre le savoir-faire des excellents sculpteurs de médailles du début du XXème siècle, constate Anne.

Elle réalise notamment des œuvres religieuses visibles à Lourdes comme à Paris et même jusqu’au Liban. En 2004, elle décide de se lancer dans la création des médailles de baptême, au sein d’un marché où les nouveautés sont rarissimes ces dernières décennies. « Il y a eu un véritable déclin des médailles de baptême dans les années 60-70. Finalement il a fallu un saut de deux générations pour reprendre le savoir-faire des excellents sculpteurs de médailles du début du XXème siècle », constate Anne. 

Quant à son fils, Bruce, informaticien à la trentaine à peine entamée, il monte des entreprises dans différents domaines du web. Un jour, admirant les créations originales de sa mère, il se dit qu’après tout, elle pourrait lancer sa propre signature. Il la motive et lui apporte tout le soutien logistique nécessaire. « En quatre ans, nous avons réussi à monter notre atelier avec du matériel d’occasion dont certaines machines ont plus de 100 ans », explique Bruce.

Anne.K

La maison de médailles de baptême Anne.K est née. Mais Bruce ne va pas s’arrêter là. Pour soutenir sa mère et développer leur petite entreprise, il décide de se former lui-même à la gravure, c’est-à-dire au travail de transformation des œuvres d’Anne en matrices d’acier à la taille de la médaille.

Un processus de création exigeant

En effet, les médailles Anne.K suivent de nombreuses étapes de création, de l’inspiration initiale de l’artiste jusqu’à la frappe finale de la médaille. Chaque modèle imaginé par Anne est unique. Le procédé est toujours le même : elle utilise comme support un disque de plâtre plat de 20 cm de diamètre, sur lequel elle monte les reliefs en pâte à modeler.

Une médaille religieuse est vivante, elle raconte une histoire, que ce soit une vierge appelée « Douceur Infinie » ou un ange comme « l’Ange Ezéchiel ».

L’exercice est complexe, car le relief, bien qu’aplati, doit être parfait sous tous les angles et conserver des proportions justes. « Quand je travaille la pâte à modeler, j’aime lui donner une forme comme pour attirer ma pensée vers mes mains. Si la courbe d’un visage m’émeut, je sens qu’il faut la respecter. Lorsque le visage est enfin là, c’est comme si je le reconnaissais », confie-t-elle. Voilà ce qui motive Anne pour qui « l’art, quel qu’il soit, est quelque chose de transcendant ». Pour elle, « une médaille religieuse est vivante, elle raconte une histoire » que ce soit une vierge appelée « Douceur Infinie » ou un ange comme « l’Ange Ezéchiel ».


La Couronne

Lire aussi :
Mode : le retour en grâce de la médaille

Après l’étape de la plastiline (pâte à modeler), qui nécessite plusieurs mois de travail, vient celle du moulage en plâtre. Il lui faudra encore de nombreuses heures pour retravailler minutieusement les angles et les reliefs de chacune de ses créations. C’est alors à Bruce de continuer. A partir du modèle en plâtre fourni par sa mère, il le transforme en moule définitif de résine très dure. Ce moule va passer dans le tour à réduire pour en obtenir une matrice d’acier au diamètre final de la médaille. La matrice est alors confiée à l’un des derniers artisan-bijoutier spécialisé en France. Cet artisan va frapper les médailles qui peuvent être d’or, d’argent ou de vermeil. Depuis le début, par son savoir-faire unique, il leur permet ainsi de proposer des médailles d’une qualité supérieure. 

En recherche constante d’anciens savoir-faire, la Maison Anne.K a également acquis la capacité de frapper ses médailles. Elle a donc le rare privilège de pouvoir maîtriser toutes les étapes, depuis la création sculptée en passant par la fabrication des médailles, jusqu’à leur vente.

Une qualité d’excellence 100% française

Chaque médaille est frappée en suivant le même procédé qu’une pièce de monnaie ! En effet, il reste très peu de médailleurs capables à la fois de créer et de fabriquer leurs modèles. Anne.K a fait le choix de proposer des médailles plus épaisses que la moyenne, afin de leur apporter une qualité supérieure et une solidité à toute épreuve. Si Anne.K accompagne ses clients dans le temps, en assurant le suivi et la réparation de toutes ses médailles, les prix sont comparables aux productions industrielles.Acheter une médaille de baptême chez Anne.K, c’est du sur-mesure avec plusieurs nouveaux modèles par an. Un travail de création fructueux qui surprend la créatrice elle-même : « C’est quelque chose qui m’échappe, mais ce qui est important pour moi, c’est le regard des autres et peut être un début de chemin qui relie celui qui regarde vers Dieu », confie Anne Kirkpatrick pour qui l’art et la foi restent « indissociables ».

Découvrez en images tous les secrets de la fabrication d’une médaille Anne.K :




Lire aussi :
Une créatrice de médailles en quête du Beau

En partenariat avec : 

Logo Anne K

Tags:
artisanatbaptêmeMédaille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-MAYLINE-MIRACLE-EMMANUEL TRAN
Agnès Pinard Legry
La guérison de Mayline, le miracle attribué à Pauline Jaricot
2
Mathilde de Robien
La plus belle question à poser à votre conjoint le soir en rentra...
3
Brother, Sister, Family
Edifa
Parents, évitez ces erreurs avec votre aîné
4
Mathilde de Robien
Mode d’emploi pour prier le chapelet
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir pour comprendre la démission (refusée par le...
6
Mathilde de Robien
Après des infidélités et une séparation, comment Jésus a finaleme...
7
Anna Gebalska-Berekets
Sœur Julie, l’ange de la bonté des camps nazis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement