Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 20 janvier |
Saint Fabien
home iconActualités
line break icon

Bénédiction Urbi et Orbi : le pape François exhorte la « famille humaine » à la fraternité

Photo by Handout / VATICAN MEDIA / AFP

Camille Dalmas - Publié le 25/12/20

Ce 25 décembre 2020, la traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi – à la Ville et au Monde, en latin – n’a pas été prononcée depuis la Loggia de la basilique Saint-Pierre mais depuis l’Aula delle Benedizioni, dans le Palais apostolique du Vatican. Juste avant d’accorder à tous ceux qui le souhaitent sa bénédiction et l’indulgence plénière qui lui est liée, le pape François a confié à Dieu les fardeaux de l’année toujours en cours.

Père, fils et frère : les liens familiaux qui unissent Dieu et l’humanité ont été au cœur du discours  de Noël de l’auteur de l’encyclique Fratelli tutti. L’événement de la Nativité, de celui du Père qui se fait Fils, doit réveiller, en ce « moment historique », la fraternité qui unit tous les hommes : 

L’Enfant de Bethléem nous aide alors à être disponibles, généreux et solidaires, spécialement  envers les personnes les plus fragiles, les malades et toutes celles qui, en cette période, se sont  retrouvés sans travail ou sont en grave difficulté en raison des conséquences économiques de la  pandémie, comme aussi envers les femmes qui, durant ces mois de confinement, ont subi des  violences domestiques.

Cette fraternité est universelle, et donne naissance à « la famille humaine », celle des personnes « de tous les continents, de n’importe quelle langue et culture,  avec [leurs] identités et diversités ». En se faisant homme, « Jésus, est “né pour nous” : un nous sans frontières, sans privilèges ni exclusions ». 




Lire aussi :
Noël permet « d’affronter toute épreuve » souligne le pape François

Cette fraternité est un devoir pour chacun, à commencer par la communauté internationale et les dirigeants politiques, a insisté le pontife. Comme c’est le cas chaque année, le pape François a égrené la douloureuse litanie des conflits qui déchirent la planète, mais s’est en premier lieu arrêté sur la spécificité de l’année 2020, marquée par la grande crise pandémique de la Covid-19. La situation actuelle, a-t-il insisté, doit être l’occasion d’une « coopération internationale renouvelée, en commençant dans le domaine de la santé afin que l’accès au vaccin et aux soins soit garanti à tous », mais aussi d’une transformation plus profonde :

Face à un défi qui ne connaît pas de frontières, on ne peut pas ériger de barrières. Nous sommes tous dans le même bateau. Toute personne m’est un  frère. Je vois en chacun le reflet du visage de Dieu et je découvre le Seigneur qui demande mon aide  en tous ceux qui souffrent. Je le vois dans la personne malade, dans le pauvre, dans le chômeur, dans l’exclu, dans le migrant et dans le réfugié.

Le 266e pape a ensuite imploré Dieu de venir en aide des peuples touchés par la guerre. Il a cité l’Irak, pays dans lequel il doit se rendre en mars prochain, la Syrie, le Yémen et la Libye, ainsi que la population Yézidie. Le temps actuel est « propice à désamorcer les tensions dans tout le Moyen Orient et en Méditerranée orientale », a-t-il insisté.

Terre Sainte, Liban, Haut-Karabakh

Se tournant vers la Terre Sainte, le pape François a demandé à Dieu « que l’Enfant de Bethléem donne la fraternité à la terre qui l’a vu naître ». Il a aussi porté son regard vers le Liban, l’appelant à « parcourir un chemin de réformes » et à « continuer dans sa vocation de liberté et de cohabitation pacifique ».

Photo by Handout / VATICAN MEDIA / AFP

Le Souverain pontife a appelé à la fin des conflits et au respect des cessez-le-feu au Haut-Karabakh, entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, et en Ukraine orientale. Il a demandé la fin des souffrances des populations du Niger, Burkina Faso, Mali, de l’Éthiopie et du Mozambique, frappées par une dure crise humanitaire et par le terrorisme. Au Cameroun, Nigéria et Soudan du Sud, également marqués par d’importants conflits, il a exhorté à la poursuite du « chemin de fraternité et de dialogue entrepris ».

Regardant vers son continent d’origine, le successeur de Pierre a demandé la fin des tensions sociales qui minent le Chili et le Venezuela. En Asie, il a eu un mot pour le peuple Rohingya, ainsi que pour les populations des Philippines et du Vietnam, touchées par d’importantes inondations. 

Ne pas « se résigner à la violence et aux injustices »

Ces grands malheurs ne doivent cependant pas entamer l’espérance de chacun, a insisté le pontife : « la souffrance  et le mal n’ont pas le dernier mot ». En effet, a-t-il insisté, « se résigner à la violence et aux injustices voudrait dire refuser la  joie et l’espérance de Noël ». Le pontife a  exprimé une « pensée particulière » pour tous ceux qui ne se « laissent pas écraser par les circonstances adverses mais qui agissent pour porter espérance, réconfort et aide en secourant  ceux qui souffrent et en accompagnant ceux qui sont seuls ». 

« Jésus est né dans une étable, mais entouré de l’amour de la Vierge Marie et de saint Joseph »: la fête de Noël est celle de famille universelle, qui trouve ses plus solides fondations dans toutes les familles particulières, a enfin conclu le pontife. Avant de souhaiter à chacun un bon Noël, le pape François a confié à Dieu toutes les familles :

Ma pensée va en ce moment aux  familles : à celles qui aujourd’hui ne peuvent pas se réunir, comme aussi celles qui sont obligées de  rester à la maison. Que Noël soit pour tous l’occasion de redécouvrir la famille comme berceau de  vie et de foi ; lieu d’amour accueillant, de dialogue, de pardon, de solidarité fraternelle et de joie  partagée, source de paix pour toute l’humanité.


POPE URBI ET ORBI

Lire aussi :
Bénédiction Urbi et Orbi : les conditions pour bénéficier de l’indulgence plénière

Tags:
benediction urbi et orbiHaut-KarabakhlibanPape FrançoisTerre sainte
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
young woman park
Edifa
La méthode de saint Ignace pour discerner les signes de Dieu
2
PAPIEŻ FRANCISZEK
Gelsomino Del Guercio
Le jour où le pape François a surpris tout le monde en demandant ...
3
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans votre jardin avec ces v...
4
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droit de séjour dans l’é...
5
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
6
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
7
Cerith Gardiner
Écoutez cette famille irlandaise et vous aurez forcément envie de...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement