Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 15 avril |
Sainte Anastasie
home iconActualités
line break icon

Mgr de Moulins-Beaufort reçu par le pape François

POPE FRANCIS

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - Publié le 04/12/20

"Le Saint-Père a montré son intérêt sur les questions de laïcité et les caricatures", a confié à l'agence I.Media le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Éric de Moulins-Beaufort, au sortir d’une audience avec le pape François, ce jeudi 3 décembre. Revenant sur la liberté d’expression, le souverain pontife a rappelé qu’on ne pouvait en faire usage pour "humilier" des personnes.

Une fois par an, le président de la Conférence des évêques de France (CEF) et ses deux vice-présidents se rendent à Rome pour échanger avec le pape François sur les sujets étudiés par les évêques de France réunis en assemblée plénière – la dernière s’est exceptionnellement déroulée en visioconférence du fait de la crise sanitaire, en novembre dernier. Mgr Éric de Moulins-Beaufort était accompagné ce jeudi 3 décembre des deux vice-présidents de la CEF, Mgr Olivier Leborgne et Mgr Dominique Blanchet, ainsi que du secrétaire général, le père Hugues de Woillemont. Cette visite à Rome était aussi une occasion pour les prélats français de rencontrer différents dicastères.

Une audience d’une heure

« Le Saint-Père a montré son intérêt sur les questions de laïcité et les caricatures », explique à I.MEDIA Mgr Éric de Moulins-Beaufort. Durant l’audience qui a duré une heure, le pape François est revenu sur le long échange qu’il avait eu le 30 octobre dernier avec le président Emmanuel Macron au lendemain de l’assassinat de trois personnes dans la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice. La mémoire des victimes a été évoquée, tout comme celle de Samuel Paty, enseignant décapité pour avoir montré des caricatures du prophète par Charlie Hebdo. « Sur la liberté d’expression, le Pape a expliqué qu’on ne pouvait pas humilier des personnes », rapporte l’archevêque de Reims.


POPE FRANCIS GENERAL AUDIENCE

Lire aussi :
Le pape François prie pour les victimes et leurs proches

« Nous avons parlé de la loi sur le séparatisme [qui vise à lutter contre l’islam radical en France, NDLR] , de sa légitimité et puis des inquiétudes qu’elle peut susciter ; notamment celles qui concernent le contrôle de la parole, sans doute nécessaire… Mais qui pourrait aussi tourner vers une police de la pensée », détaille l’archevêque français. Il précise qu’il a été évoqué la question de savoir si ce type de loi aiderait les musulmans à se sentir chez eux en France.

Ils ont évoqué la question des messes en France

Le pape François a par ailleurs insisté sur le fait qu’un État devait être laïc, c’est à dire « non-confessionnel dans le sens qu’un État ne devrait pas promouvoir une religion plutôt qu’une autre », développe Mgr de Moulins-Beaufort. Durant les échanges, d’autres modèles que celui de la laïcité à la française ont été évoqués. Le cas de l’Italie a alors été mis en avant. « Dans ce pays, il y a des discussions avec chaque culte, chaque confession et non pas une discussion collective où chacun est obligé de s’aligner sur le même fonctionnement indépendamment des particularités », souligne l’ancien évêque auxiliaire de Paris




Lire aussi :
Mgr Ravel : avec l’État ce n’est plus « une laïcité de dialogue mais d’imposition »

Les évêques français ont profité de ce moment avec le souverain pontife pour revenir sur leur bras de fer avec le gouvernement français au sujet de la limitation du nombre de personnes pouvant assister à la messe en raison de la crise sanitaire. « Le Pape était content d’avoir des explications de première main sur nos relations avec le gouvernement, la teneur de nos discussions, notre recours devant le Conseil d’État », confie l’archevêque.

Un voyage en France très hypothétique

D’autres sujets tels que la nouvelle Ratio concernant les séminaires, l’écologie ou bien les abus ont été abordés. Ce temps avec l’évêque de Rome a également permis aux prélats français de renouveler l’invitation pour un voyage du pape en France. « Il ne nous a pas encore donné la date ! », sourit Mgr de Moulins-Beaufort, qui rappelle que, l’an passé, le pape François leur avait précisé qu’il visitait d’abord les petits pays. « Il a quand même accepté qu’on lui en reparle », souligne le prélat.

À l’issue de l’audience, les trois prélats et le secrétaire général de la CEF ont échangé avec le secrétaire d’État, Pietro Parolin. La veille, ils avaient pu rencontrer différents membres de la Curie.




Lire aussi :
Le Pape ne devrait pas voyager avant 2022

Tags:
cefEric de Moulins-Beauforteveque
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
2
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
3
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
6
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement