Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 23 novembre |
Saint Clément Ier
home iconBelles Histoires
line break icon

Ce jour de 372 où saint Martin se donna le devoir d’évangéliser les païens

SAINT MARTIN

Attila JANDI | Shutterstock

Aliénor Goudet - Publié le 10/11/20

Élu évêque de Tours contre son gré, saint Martin (316-397) se retirait souvent loin de la cité pour échapper aux mondanités de son statut et vivre sa foi en tant qu’ermite. Mais, séduits par sa piété et son exemple, beaucoup le suivaient dans sa retraite pour lui demander conseil. Voyant dans cette persistance la volonté de Dieu, il se donna le devoir d’évangéliser les païens.

Environs de Tours, 372. L’après-midi est splendide. Le soleil inonde la colline où la construction de l’abbaye de Marmoutier va débuter dès demain et le chant des oiseaux berce la méditation de l’évêque ermite. Mais malgré l’ambiance onirique, les pensées de Martin sont agitées. Au départ, il s’était éloigné de la cité de son évêché pour retrouver le calme de la prière et son temps privilégié avec Dieu. Mais c’était sans compter la persévérance des tourangeaux. L’unique et étroit sentier pour arriver à sa cachette et son petit abri de bois n’est pas suffisant pour décourager ceux venus chercher conseil auprès de lui.

Martin lâche un soupir, laissant son esprit voyager dans le temps et s’étonne lui-même de son parcours. En tant qu’ancien officier de l’armée romaine, il ne peut être ordonné prêtre et a refusé d’être diacre pour devenir ermite. Et pourtant, on l’a retrouvé et fait évêque. Des bruits de pas le tirent alors de sa réflexion.

– Ah te voilà, dit Jean, l’un de ses disciples qui le suit depuis Poitiers, en émergeant des bois. Tout va bien ? Tu sembles préoccupé.
– Peu importe là où je vais pour être en paix avec Dieu, les hommes me retrouvent toujours.


SAINT MARTIN

Lire aussi :
Saint Martin, l’exemple de la Charité

Il songe à Ligugé et au petit ermitage qu’il a fondé près de Poitiers avec sa communauté de moines sans savoir que celui-ci est considéré comme le premier monastère construit en Gaule. Conçu pour être un havre de paix et de prière, les foules étaient quand même venues à lui. Et voilà que l’histoire se répète. Combien de temps pourra-t-il être en paix dans ce nouveau refuge avant qu’on ne vienne le déranger ? C’est alors que Martin remarque une trace rouge sur la tempe de son disciple.

– Mais tu es blessé ! Que t’est-il arrivé ?
– Oh, ce n’est rien, répond Jean. Je suis allé chercher des provisions dans un village voisin et j’ai malencontreusement marché sur les racines de leur arbre sacré. Les villageois m’ont lancé des pierres. Comparé à d’autres, je ne m’en suis pas si mal tiré.

Martin fronce les sourcils. Ce n’est pas la première fois qu’un incident comme celui-ci arrive. Lui-même a déjà subi la colère de gaulois trop attachés à leurs idoles. Si les villes comme Tours et Poitiers ont embrassé le Christ, les campagnes restent superstitieuses. Mais ils ne connaissent que leur terre natale et n’ont jamais entendu parler de Dieu ou du Christ.

– Tu sais, reprend Jean, les yeux fixés sur le site de la future abbaye, je me dis que si nous nous installons dans des lieux aussi reculés, c’est pour atteindre ceux qui sont loin de tout.
– Que veux-tu dire ? – Plus tu persistes à t’éloigner le monde, plus tu te rapproches de ceux qui ne connaissent pas le Christ. Drôle de coïncidence, tu ne trouves pas ?

La prise de conscience lui arrive comme une gifle en pleine figure. Si les hommes le trouvent partout où il va, alors c’est peut-être que c’est la volonté de Dieu qui est à l’œuvre. Lui qui voulait tant renoncer au monde des hommes pour contempler les merveilles de Dieu, c’est peine perdue. Puis en y réfléchissant bien, les hommes ne sont-ils pas le plus beau chef-d’œuvre du créateur ?

– Tu as un don, Martin, continue Jean. Le don d’éveiller la foi chez les autres. Nous tes frères le savons mieux que personne. Toi qui a vu le Christ, tu es le mieux placé pour en parler.

L’évêque ermite lève les yeux au ciel et lâche un soupir d’abandon. Il semble qu’il n’avait pas tout à fait tort de fuir les chrétiens puisque c’est vers les païens et les terres inconnues que le Seigneur le pousse. Après tout, il y a tant à faire sur cette terre de Gaule, où règnent la crainte des idoles et la superstition. La chrétienté n’est pas et n’a jamais été un privilège des hommes lettrés et des citadins.

Un sentiment de tristesse lui serre le cœur alors qu’il songe aux campagnards ignorants de l’amour de Dieu. Puis la colère lui brûle l’estomac, pensant que ces mêmes pauvres gens craignent des morceaux de bois et le mouvement des nuages dans le ciel. D’un pas rapide, il rentre dans la grotte où sont rangés les outils qui vont servir à la construction de l’abbaye. Il se saisit d’une hache sous le regard curieux et quelque peu inquiet de son disciple.

– Que comptes-tu faire avec ça ?
– Conduis moi à ce village. Je souhaite m’entretenir avec cet arbre sacré.

Martin rend l’âme en 397 à Candes après un long combat acharné contre le paganisme, et est fêté le 11 novembre. Ce réseau de conversion des campagnes et de création de nouvelles abbayes établis par saint Martin est sans aucun doute à l’origine de l’organisation de nos paroisses. Le légionnaire qui a partagé son manteau avec le Christ est aussi le grand artisan de la propagation fulgurante de la chrétienté en terre gauloise.




Lire aussi :
Saint Martin, un homme de feu au service de l’évangélisation !




Lire aussi :
Pourquoi François a offert un médaillon de saint Martin de Tours au président ukrainien

Tags:
ChrétiensevangelisationSaintsaint martin de tours
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Messe publique en France - Lyon
Agnès Pinard Legry
Reprise des messes : ce que l'on sait du futu...
Henri Quantin
Face à l’épidémie, êtes-vous thespien ou bocc...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement