Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Saint Martin, l’exemple de la Charité

SAINT MARTIN
Pascal Deloche / Godong
Partager

Ordonné évêque le 4 juillet 371, saint Martin de Tours est l'exemple de la valeur du partage et sa popularité a depuis longtemps dépassé les frontières de la France.

Saint Martin a été un grand évangélisateur de la Gaule et son nom reste associé à plus de 500 communes et 3700 paroisses de France ! Celui qui deviendra évêque de Tours est resté célèbre pour la scène de la charité qui lui valu le surnom de Martin le miséricordieux. Mais son rôle principal dans l’histoire de la chrétienté tient surtout au fait qu’il a créé les premiers monastères, en particulier celui de Ligugé.

Un manteau partagé

Centurion romain originaire de la province romaine de Pannonie, l’actuelle Hongrie, il est affecté à Amiens en 334. Il partagea son manteau avec un déshérité un soir d‘hiver car il avait déjà distribué tout son argent. En fait, comme il était scrupuleux, il ne donna pas son manteau qui appartenait à l’armée, mais comme chaque soldat pouvait le doubler à l’intérieur par un tissu ou une fourrure à ses frais, il donna la partie qui lui appartenait. Quelques temps plus tard, il quitte l’armée, reçoit le baptême et rejoint saint Hilaire à Poitiers.

Une relique historique

La cape de saint Martin de Tours, qui fut envoyée comme relique à la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle pour Charlemagne, est elle-même à l’origine du mot « chapelle », c’est-à-dire l’endroit où l’on gardait la « c(h)ape » du saint. Cette cape est aussi à l’origine du mot Capet, nom de la dynastie des rois de France ; les capétiens.

Un prénom universel…

Le prénom Martin s’est surtout diffusé dans les pays francophones avant de conquérir le reste du monde notamment les États-Unis et l’Angleterre. Il était devenu plus rare durant le XXe siècle en France, mais est de nouveau donné depuis les années 1990. En 2015, il a été donné 2124 fois.

Le nom de famille français le plus répandu

C’est de très loin, le nom de famille le plus courant en France, bien loin devant les Dupont qui viennent en 25e position… L’explication est assez simple, au Xe siècle, comme l’explosion démographique multipliait le risque de confusion, on a pris l’habitude d’ajouter au nom individuel d’un surnom qui devint héréditaire. Ce surnom pouvait être une caractéristique physique… ou le plus souvent le prénom du père. Et comme Martin était un prénom déjà très porté, il s’est transmis de façon exponentielle.

Et une fête européenne

Aujourd’hui, le 11 novembre c’est la date choisie pour commémorer la fin de la première guerre mondiale. Mais il ne faudrait pas oublier la fête de saint Martin. Depuis le Moyen Âge, cette date est celle de nombreuses traditions ; manger l’oie, déguster le vin nouveau, et à de manifestations populaires et réjouissances dans toute l’Europe ; foire de la Saint-Martin, défilés d’enfants avec des lampions… Célébrer saint Martin, c’est mettre en avant et prendre exemple sur son sens du partage et son attention aux autres.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]