Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 juillet |
Saint Samson
home iconAu quotidien
line break icon

La villa Magallon, une serre dédiée au bien-être en santé

Clinique Saint Jean de Dieu

Voilà ce à quoi ressemblera la serre après les travaux.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 29/09/20

À Paris, dans le jardin de la clinique Saint-Jean-de-Dieu (VIIe arrondissement), fleurit un projet innovant : la villa Magallon, un lieu d’après-soin pour des personnes traitées pour de graves pathologies.

Un lieu dédié au bien-être en santé. Tel est l’objectif de la villa Magallon, un projet porté par la fondation Saint Jean de Dieu. Très concrètement, il s’agit de transformer une serre historique de 72 mètres carrés située dans le parc de la clinique Saint Jean de Dieu (VIIe arrondissement de Paris) en un lieu innovant destiné aux patients. La clinique étant spécialisée dans la chirurgie et la cancérologie, l’idée est de proposer aux patients un lieu qui ne soit pas directement thérapeutique où ils puissent se reconstruire et prendre soin d’eux à travers diverses activités dédiées aux soins de support. L’objectif est de concilier l’art, le soin et le patrimoine. L’art, car la villa a pour ambition d’être un lieu d’expression artistique, corporelle et manuelle ; le soin à travers les ateliers de bien-être ; et enfin le patrimoine à travers la serre, qui est un monument classé et qui prend place dans un coin de verdure historique de 6.000 mètres carrés, le parc de la clinique, lui-même classé.

Clinique Saint Jean de Dieu
Les jardins de la clinique Saint Jean de Dieu.

Cette serre, de style hollandais du XIXe siècle, servait initialement à faire pousser des boutures, des semis de plantes rares et des fruits et légumes, essentiellement pour alimenter les pauvres, les malades et les frères hospitaliers de la communauté. Assez délabrée, elle n’était plus utilisée depuis plusieurs décennies. L’idée est de reconstruire le bâtiment à l’identique, mais en l’agrandissant, tout en conservant le bâti de l’époque. Le projet sera financé pour une grande partie par la générosité du public et d’entreprises mécènes. Le chantier de réhabilitation a été lancé en juin 2020 et la villa devrait ouvrir en mai 2021 pour pouvoir accueillir ses premiers patients trois mois plus tard. Le lieu fonctionnera uniquement grâce à des bénévoles et à du mécénat de compétences.

Clinique Saint Jean de Dieu
La serre historique de la clinique Saint Jean de Dieu (Paris).

Très concrètement, la villa pourra accueillir jusqu’à 50 personnes assises. À l’intérieur, les patients pourront pratiquer le yoga, être initiés à des soins pour les mains ou le cuir-chevelu ou expérimenter la méditation, accompagnés par des professionnels et dans le cadre apaisant d’un parc verdoyant avec des arbres, des jardins à la française, des rosiers. En effet, pour un malade, bénéficier d’un environnement de ce type n’est pas superflu. La clinique accueille de nombreuses femmes traitées pour un cancer du sein qui ont besoin d’être accompagnées pour savoir comment prendre soin d’elles quand leur corps défaille. L’établissement a déjà mis en place des ateliers innovants, par exemple en faisant intervenir en binôme une diététicienne et une psychologue sur le thème de l’alimentation. La villa Magallon a pour ambition de développer ces propositions et d’en imaginer de nouvelles. En lien avec les opérations Octobre Rose et Movember, dédiées au cancer, le lieu sera ouvert à toutes les personnes atteintes d’un cancer (hommes, femmes, adolescents, enfants…), qu’elles soient suivies à la clinique ou à l’extérieur.

C’est un lieu pour se reconstruire, pour se ressourcer, afin que le patient prenne conscience qu’il n’est pas seul, qu’il est entouré, et qu’il puisse se regarder comme une personne et non comme une pathologie.

Ce sont les frères de la congrégation qui ont émis le souhait de mener à bien ce projet en 2019, lors du bicentenaire de la restauration de l’ordre en France par Paul de Magallon, une de ses grandes figures spirituelles. « Nous voulons faire de cette serre non plus un lieu de culture de fleurs mais un lieu où les patients seront les fleurs », explique à Aleteia frère Paul-Marie Taufana, supérieur provincial de l’ordre pour la France et Madagascar. « À la place des fleurs, ce sera les patients : nous prendrons soin d’eux », poursuit le religieux. « Il ne s’agit pas d’une annexe de la clinique : ici, le malade doit se sentir chez lui. C’est pour cela que nous avons choisi de l’appeler villa. C’est un lieu pour se reconstruire, pour se ressourcer, afin que le patient prenne conscience qu’il n’est pas seul, qu’il est entouré, et qu’il puisse se regarder comme une personne et non comme un maladie ». Dans cet endroit qui porte la marque de saint Jean de Dieu, qui avait à cœur de s’occuper des plus démunis, la dimension spirituelle est indirecte mais évidente : « L’accompagnement se veut personnalisé. Avec le patient, nous élaborerons un programme d’activités répondant à ses besoins physiques, psychologiques ou spirituels. En sorte, c’est appliquer la devise de l’ordre hospitalier : “des corps aux âmes” », conclut frère Paul-Marie Taufana.


FRÈRE FORTUNAT

Lire aussi :
Frère Fortunat, le bon ange qui veille sur les malades

En partenariat avec

Tags:
cancermaladieprojetsaint jean de dieu
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
4
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
5
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
6
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
7
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement