Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

La « Mère Teresa de Manchester » bientôt béatifiée ?

Elizabeth Prout
Public Domain
Elizabeth Prout
Partager

Surnommée par certains la Mère Teresa de Manchester, Elizabeth Prout, une religieuse anglaise du XIXe siècle, a dédié sa vie aux plus pauvres et aux plus isolés.

« Karl Marx et Friederich Engels ont observé les plus pauvres mais elle, elle leur a consacré sa vie. » C’est par ces mots que l’évêque de Shrewsbury, Mgr Mark Davies, a récemment rendu hommage début septembre à Elizabeth Prout à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. Née en 1820 à Stone – dans le Staffordshire en Angleterre – d’une mère anglicane et d’un père catholique, Elizabeth Prout a ressenti très tôt un appel à se mettre au service des plus pauvres. Convertie au catholicisme à l’âge de 20 ans, elle a choisi quelques années plus tard de devenir religieuse.

Envoyée à la mission de Saint-Chad à Cheetham Hill (Manchester), elle y devient enseignante au sein de l’école paroissiale. Là, elle côtoie quotidiennement la misère des gens, notamment de nombreux migrants irlandais fuyant la famine de leur pays. Elle ne se ménage pas quand il s‘agit d’enseigner, que ce soit aux enfants livrés à eux-mêmes, aux ouvriers à la sortie de l’usine ou aux femmes afin qu’elles puissent gagner en autonomie.

À Stocks Street, là où elle vivait, tristement célèbre pour la fosse commune de quelque 40.000 personnes qu’elle abritait, elle voit le dénuement le plus complet dans lequel des hommes se trouvent. « Très souvent les os des morts étaient exposés et emportés et un crâne humain était utilisé comme ballon de football », a écrit un écrivain britannique de l’époque.

Bientôt vénérable ?

C’est donc là, dans cette misère et cette pauvreté, qu’Elizabeth Prout a cherché le visage du Christ. Elle-même et les sœurs de sa congrégation étaient même parfois obligées de mendier pour se nourrir. Décédée le 11 janvier 1864, elle est enterrée en l’église Sainte-Anne, à Sutton. Son procès en béatification a été ouvert en 1973, lui donnant ainsi le titre de Servante de Dieu. « En 2008, une enquête de quatorze ans sur sa vie afin de témoigner de ses vertus héroïques, soit un total de dix boîtes, a été envoyée à la Congrégation pour la cause des saints à Rome », selon le diocèse de Shrewsbury qui s’attendait à ce qu’elle soit déclarée vénérable par le pape François. En raison de la pandémie de Covid-19, l’annonce aurait été reportée à une date ultérieure.