Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconBelles Histoires
line break icon

Le témoignage plein de vie de Camille, maman d’Auguste, décédé de la mort subite du nourrisson

@Cyril Canard

Camille Canard

Mathilde de Robien - Publié le 08/09/20

Camille Canard est mère de cinq enfants, dont l’aîné, Auguste, est décédé il y a dix ans de la mort subite du nourrisson. Un témoignage empreint de volonté, de foi et d’espérance. Entretien.

Choisir la vie, continuer à aimer, avancer pas à pas, ce sont les choix qui se sont imposés à Camille et à son mari Cyril lorsqu’ils ont perdu leur fils aîné, Auguste, de la mort subite du nourrisson à l’âge de 5 mois. Première cause de mortalité infantile, la mort subite du nourrisson concerne environ 250 bébés par an, en France.

C’était il y a un peu plus de dix ans, le 21 décembre 2009, pendant sa sieste chez sa nourrice. Une épreuve brutale, une peine immense, un deuil douloureux, qui n’ont pourtant pas altéré la force de leur couple et leur amour pour la vie. Aujourd’hui âgée de 36 ans, Camille est l’heureuse maman de quatre autres enfants : Philippine, Hortense, Théodore et Jules. Elle vient de publier, aux côtés de Marie-Axelle Clermont et Clémentine Le Guern, un magnifique témoignage A la vie à l’amour (Emmanuel) dans lequel ces trois mamans se confient sur la mort de leur enfant. Malgré les blessures, une ode à l’espérance.

Aleteia : Face à cette épreuve brutale, qu’est-ce qui vous a soutenu, et fait en sorte que vous ne sombriez pas dans le désespoir total ?
Camille Canard : Ce soir-là, trois heures après l’annonce du décès d’Auguste, nous avons pris une décision vraiment importante, peut-être la décision la plus importante de notre vie : on a décidé de continuer à vivre, nous avons redit oui à la vie, oui à notre couple. Et c’est cette volonté d’arriver à aller de l’avant tous les deux, exprimée ensemble, qui m’a vraiment fait tendre vers le bonheur. Parce que nous savions que nous pouvions être heureux malgré la douleur, malgré le manque. Et c’était vrai.

Je le sens, je le sens en moi, je sens qu’il n’est pas loin.

Aujourd’hui, je suis profondément heureuse. La mort de mon enfant n’est pas incompatible avec le fait d’être heureuse. Certes, cela n’a pas été facile tous les jours, nous avons dû prononcer à nouveau ce oui à la vie à de nombreuses reprises. Le deuil, ce sont des montagnes russes permanentes. Mais nous nous sommes soutenus mutuellement, nous avons veillé l’un sur l’autre, nous avons continué à avoir des projets, à sourire, à rire, et c’est cette force qui a émané de notre couple qui m’a aidée à tenir.

Parlez-vous à vos autres enfants de leur grand frère ?
Oui, nous en avons toujours parlé très facilement et très simplement. Nous ne voulions pas en faire trop, ni le cacher non plus, et il me semble que nous avons trouvé un juste milieu : nous l’intégrons dans la famille, sans l’imposer non plus. La photo d’Auguste a sa place parmi les portraits des enfants, son prénom est aussi sur mon bracelet. De temps en temps, les enfants le comptent dans le nombre de leurs frères et sœurs, mais parfois non. Ils leur arrivent de dire qu’ils ont un petit frère au Ciel, mais pas tout le temps. C’est le plus souvent à leur frère qu’ils pensent quand ils souhaitent réciter une petite prière, en lui demandant par exemple des petites aides.




Lire aussi :
Marie-Lys, « enfant soleil », source de tant de grâces pour sa famille

Votre foi vous a-t-elle aidée à surmonter cette épreuve ?
Oui, elle n’a pas été la seule et unique source de guérison mais elle m’a aidée. Le plus grand soutien, c’est d’avoir cette conviction que mon fils est au Ciel, bien entouré, et qu’il veille sur nous. Chaque soir, depuis plus de dix ans, en me couchant, je pense à lui, je lui adresse silencieusement un petit signe. Je lui demande parfois de l’aide et des coups de pouce. C’est difficile à expliquer mais je le sens, je le sens en moi, je sens qu’il n’est pas loin.

Éditions Emmanuel

A la vie à l’amour, Vivre après la mort d’un enfant, Marie-Axelle Clermont, Clémentine Le Guern et Camille Canard, Editions de l’Emmanuel, août 2020, 17 euros.

Tags:
deuilEnfantsmaternitémort
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement