Aleteia
Mercredi 28 octobre |
Saint Jude
Tribunes

Le vrai bonheur n’a pas besoin de se cacher

lichtmeister | Depositphotos

Père Christian Venard - Publié le 27/08/20

Dès l’origine, l’homme a cru se faire Dieu en se libérant de ses propres limites et des limites de la Création : il a découvert la peur et il a dû se cacher.

C’était il y a fort longtemps… Il y eut un soir, il y eut un matin et Dieu vit que tout cela était bon (Gn, 1). Puis il y eut un petit matin, une pâle et belle aurore, où Dieu se mit à la recherche de l’Homme, qu’Il avait créé à sa propre image. Dans l’aube resplendissante, Dieu aperçut enfin l’Homme et la Femme. Nus, honteux et juste couverts de quelque artifice pour cacher leur intimité. Dieu dit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » Lointaine histoire sacrée, qui nous enseigne depuis des siècles et dont il semble que l’être humain ait si peu tiré profit ! Dès l’origine, l’homme a cru pouvoir se rendre libre de son Créateur et de la Création. Abusant de cette liberté qui le rendait image de Dieu, il a découvert au contraire ses limites de pauvres créatures, sa finitude, sa nudité. Et il a dû se cacher.

1968 :  l’humanité se lance à corps perdu dans la « libération sexuelle ». Une génération entière usant de sa liberté, des progrès techniques de la contraception chimique, de la libéralisation de l’avortement (devenu selon certains depuis un prétendu droit fondamental), se croit enfin affranchi des lois de la nature, et plus encore de la morale. Moins de vingt ans après, les ravages du Sida conduisent de nouveau l’homme à user d’un cache : le préservatif. Au creux même de l’intime rencontre des corps, là où se voulait la liberté, se trouvent la limite, la finitude d’un bout de plastique, le tout lié à la peur… Triste fin.

Depuis quelques décennies, l’humanité s’est persuadée que l’abolition des frontières, des cultures, de la géographie, de toute forme de régulation économique, apporterait prospérité, liberté. Enfin émancipée de la nature des choses, de la pesanteur de la création, l’humanité entrait enfin dans la mondialisation heureuse ! La nature, écrasée du mépris des hommes, exténuée d’abus en vue de toujours plus de jouissance et de consommation, les pauvres de la planète exploités jusqu’à la mort par les riches, se rappelle aujourd’hui à leur bon souvenir. Un minuscule virus fait vaciller régimes politiques et économiques et, plus encore, s’attaque directement à la vie humaine. Et l’homme, une fois de plus, n’a d’autre solution que de se cacher. Il s’agit de son visage cette fois-ci. Don précieux à autrui de son sourire, de sa parole, de sa face, désormais emprisonné derrière quelques centimètres carrés de tissus. Peur de tous et de chacun qui sévit désormais dans toutes les sociétés.

Il n’y en a qu’un qui ricane depuis des siècles devant les fruits amers de ces fausses libertés et de tous ces cache-misères. C’est l’Homicide depuis les origines : Satan.

L’être humain arrivera-t-il enfin à comprendre que ce n’est qu’en respectant la Création et le Créateur qu’il trouvera le vrai bonheur ? Cette Création avance de toute façon vers la dissolution des éléments de ce monde et la panique écologique actuelle a pour fond précisément le refus de la finitude de ce monde qui passe. Quant à nous chrétiens, éclairés par la foi et par les enseignements des derniers papes, saurons-nous prendre toute notre place dans ce combat ? Ne nous y trompons pas. Il n’y en a qu’un qui ricane depuis des siècles devant les fruits amers de ces fausses libertés et de tous ces cache-misères. C’est l’Homicide depuis les origines : Satan. Nous savons dès lors où le combat doit se mener en chacune de nos vies, liées mystérieusement les unes aux autres et à la Création entière qui aspire à la Rédemption des fils des hommes.


THE VATICAN II COUNCIL

Lire aussi :
Mai 68 et Vatican II : les deux révolutions




Lire aussi :
La dépossession heureuse

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
bonheurcreation
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement