Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Vous ignorez les numéros privés ? Et si c’était le pape François ?

Shutterstock
Partager

La mère du jeune Fabrizio Di Bitetto, mort en octobre 2019 à l’âge de 21 ans d’un accident de la route, a reçu le 26 juillet un appel téléphonique du pape François.

« Bonjour, Mme Cinzia ? C’est le pape François… ». Il y a des appels téléphoniques que l’on ne s’attend pas à recevoir. La mère du jeune Fabrizio Di Bitetto – mort le 5 octobre 2019 à l’âge de 21 ans, dans un accident de la route dans le quartier EUR de Rome – a d’abord cru à une mauvaise plaisanterie. L’appel qu’elle a reçu le 26 juillet provenait d’un numéro privé qui avait déjà tenté de la joindre au cours des trois jours précédents. Mais le pontife l’a aussitôt rassurée : « Tout le monde pense que c’est une blague quand j’appelle ». La voix était bien la sienne, a-t-elle indiqué au site italien Vatican Insider le 29 juillet. « De tels malheurs ne devraient pas arriver », lui a-t-il confié à propos de l’accident de voiture dans lequel son fils a perdu le vie.

« J’ai déversé mon chagrin sur le Seigneur. »

Le pape François a assuré avoir sous les yeux sa lettre et la photo de son fils. « Comment allez-vous ? Et comment va votre mari ? », a encore déclaré l’évêque de Rome. « Nous avons parlé de Fabrizio et il m’a dit que ces malheurs ne devraient pas arriver », a témoigné l’Italienne. Elle a ainsi expliqué comment sa foi avait « vacillé » après le drame. « J’ai déversé mon chagrin sur le Seigneur. J’ai enlevé tous les crucifix, mais je me suis accrochée à la figure de la Sainte Mère, parce qu’elle ressentait la même douleur que moi « .

La femme a également confié au Pape que son mari avait perdu la foi. « Il m’a réconfortée en disant : “Je comprends. C’est normal que cela se produise”, avec les mots d’un père, il m’a dit à plusieurs reprises qu’il comprenait l’attitude de mon mari sans le condamner ; au contraire, il le comprenait en justifiant son attitude par la forte douleur qu’il ressentait. »

Au terme de la conversation, le pape François n’a pas exclu de la rencontrer. Il lui a assuré de prier pour toute sa famille et lui a demandé de prier pour lui comme à son habitude.  « Le pape François m’a donné de la joie », a-t-elle déclaré, convaincue que c’est un geste inspiré par son fils disparu.