Aleteia
Mardi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Actualités

Incendie de la cathédrale de Nantes : l'homme placé en garde à vue remis en liberté

Agnès Pinard Legry - Publié le 18/07/20

Un incendie s’est déclaré ce samedi 18 juillet matin dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, ravageant une grande partie de la cathédrale dont le grand orgue. Après avoir constaté trois départs de feu, une enquête a été ouverte pour « incendie volontaire ». L'homme placé en garde à vue samedi a finalement été remis en liberté dimanche soir, "sans aucune poursuite".

C’est une image qui restera gravée dans la mémoire des Nantais et des touristes présents. Ce samedi 18 juillet matin vers 7h45, un feu a ravagé partiellement la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes (Loire-Atlantique). Alors qu’une centaine de pompiers a été mobilisée afin de contenir le feu, ce dernier a pu être maîtrisé en quelques heures, a indiqué le général Laurent Ferlay, chef des pompiers de la région Loire Atlantique. « Ce n’est pas un scénario à la Notre-Dame de Paris », a-t-il déclaré aux journalistes en rappelant que « le toit n’a pas été touché ».

Le père François Renaud, administrateur en charge de la cathédrale en raison d’une vacance du siège épiscopal, a pu rentrer avec les pompiers à l’intérieur de la cathédrale et a déclaré que « le grand orgue avait complètement disparu ». « C’est très impressionnant et c’est une perte inestimable », a-t-il ajouté avec émotion. Saluant l’engagement des pompiers, des policiers et de la société civile, le diocèse de Nantes a appelé « les catholiques à s’unir dans la prière ».

« C’est non seulement une part du patrimoine religieux qui est détruit mais aussi un symbole de la foi catholique qui est entamé. »

Après l’incendie de Notre-Dame de Paris en avril 2019 et celui de cette même cathédrale de Nantes en 1972, « c’est non seulement une part du patrimoine religieux qui est détruit mais aussi un symbole de la foi catholique qui est entamé, blessant le cœur de toutes celles et tous ceux pour qui ces édifices sont des lieux de prière, des refuges spirituels, des repères pour leur foi », a indiqué la Conférence des évêques de France (CEF) dans un communiqué.


AFP 2020 07 18

Lire aussi :
Émotion et désolation après l’incendie de la cathédrale de Nantes

nantes cathedral
Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Depuis Bruxelles, le président de la République, Emmanuel Macron s’est entretenu avec Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la CEF afin de lui « dire sa compassion ». « Il a tenu à exprimer le lien qui unit la communauté nationale à la communauté catholique devant ce nouveau drame », a indiqué la CEF. « Cet édifice qui exprime l’âme d’une ville, se trouve meurtri », a regretté Mgr Eric de Moulin-Beaufort. « Que la foi, l’espérance et la charité qui y sont signifiées nous fassent vivre toujours davantage!  »

Suite à l’incendie de la cathédrale, le Premier ministre Jean Castex s’est rendu sur place dans l’après-midi avec le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. « Je veux d’abord rendre hommage au dévouement et au très grand professionnalisme des sapeurs-pompiers mobilisés dès le début du sinistre et qui l’ont géré avec une efficacité remarquable », a notamment déclaré le chef du gouvernement. La maire de Nantes, Johanna Rolland, était sur place dès le début de la matinée et a assuré qu’elle serait « particulièrement attentive à ce que tout soit mis en oeuvre pour déterminer les causes exactes (du sinistre), avec la plus grande certitude ».

L’homme placé en garde à vue libéré

Quelques heures après l’incendie, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a annoncé qu’une enquête avait été ouverte pour « incendie volontaire », tandis qu’un expert venu de Paris était attendu sur place dès l’après-midi. « L’enquête est ouverte sur la base des constatations effectuées, après découverte de trois départs de feu espacés les uns des autres (…) au niveau du grand orgue, à droite et à gauche de la nef », a expliqué le procureur.

Dans le courant de l’après-midi, un ressortissant rwandais de 39 ans a été interpellé, puis placé en garde à vue. Cet homme, qui « était suivi et hébergé par le Diocèse, comme d’autres hommes », « était chargé de fermer la cathédrale vendredi soir ». Dimanche soir, il a finalement été remis en liberté « sans aucune poursuite », a indiqué le procureur. L’enquête se poursuit.

Nantes Cathedral
Sebastien SALOM-GOMIS / AFP


nantes cathedral

Lire aussi :
Bombardements, incendies… le destin mouvementé de la cathédrale de Nantes

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
cathedralecathedrale de nantesincendienantes
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Avion-chapelle
Agnès Pinard Legry
Aménagée dans un avion, cette chapelle est un...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement