Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 27 novembre |
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
home iconBelles Histoires
line break icon

Pauline Jaricot racontée par une de ses descendantes

OPM

Mathilde de Robien - Oeuvres Pontificales Missionnaires - Publié le 06/06/20

Alors que le Pape François a donné son accord, le 27 mai 2020, pour la béatification de la vénérable Pauline-Marie Jaricot, laïque lyonnaise fondatrice de l'Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi, Marie-Dominique Eymard-Schmitz, descendante et filleule de cœur de la future bienheureuse, raconte à Aleteia combien elle est attachée à cette figure à la fois discrète et emblématique d’un nouveau catholicisme missionnaire et social, dans le contexte houleux de la première moitié du XIXème siècle.

Curieusement méconnue en France mais renommée à travers le monde entier, Pauline Jaricot, dernière d’une riche famille lyonnaise impliquée dans l’industrie de la soie, est à l’origine de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi et du Rosaire Vivant. Marie-Dominique Eymard-Schmitz, 63 ans, mariée, mère de trois enfants et grand-mère de trois petits-enfants, est une arrière-petite-nièce de la future bienheureuse, investie dans la cause de béatification de son arrière-grand-tante et très attachée à celle qui était aussi sa marraine par filiation. Elle confie à Aleteia sa vision personnelle de Pauline Jaricot.

Si l’on est habitué au concept de transmission « de père en fils », on l’est moins lorsqu’il s’agit du lien entre un parrain ou une marraine et son filleul(e). Et pourtant, c’est ce lien à la fois de sang et de baptême qui relie à travers les générations Pauline Jaricot à Marie-Dominique, et qui faisait dire au parrain de cette dernière, François Dor : « Notre marraine, c’est Pauline ». Une des raisons pour laquelle Marie-Dominique est si attachée à sa « marraine de filiation ».

Patronne des catéchistes ?

« Si je pouvais, je demanderais au Pape de la nommer sainte patronne des catéchistes », nous confie Marie-Dominique, en parlant de celle qui a déjà été nommée patronne des missions par le pape François en octobre 2019. Ayant elle-même enseigné le catéchisme pendant de nombreuses années, la jeune grand-mère ressent combien l’enseignement et l’œuvre de Pauline Jaricot sont d’une exceptionnelle richesse pour éveiller la foi des plus jeunes. Convertie de manière fulgurante à l’âge de 17 ans après une homélie prêchée à saint Nizier par l’Abbé Würtz sur « les illusions de la vanité, l’être et le paraître », Pauline Jaricot porte un amour infini d’abord pour Jésus puis pour les autres, notamment envers les ouvriers des soieries lyonnaises. « J’ai aimé Jésus Christ plus que tout sur la terre, et pour l’amour de Lui, j’ai aimé plus que moi-même tous ceux qui étaient dans le travail ou la douleur », disait Pauline.

Le Rosaire est un résumé catéchétique, un précis lumineux de catéchisme, la base de l’éducation spirituelle des enfants.

Animée d’une dévotion très forte envers la Vierge Marie, elle développe la prière du Rosaire, à travers l’Œuvre du Rosaire Vivant, fondé en 1826 et grâce à laquelle des groupes de quinze « associés » prient à tour de rôle des dizaines de chapelet en continu. Pour Pauline, explique son arrière-petite-nièce, « le Rosaire est un résumé catéchétique, un précis lumineux de catéchisme, la base de l’éducation spirituelle des enfants ». Par ailleurs, Pauline a considérablement contribué à la création de l’Œuvre de la Sainte Enfance, appelée aujourd’hui l’Enfance missionnaire, permettant à des milliers d’enfants d’être baptisés et éduqués dans la foi chrétienne.

« Pauline dérange, Pauline agace, Pauline inspire »

C’est ainsi que Marie-Dominique voit son arrière-grand-tante. Elle dérange parce qu’elle est une femme. Et au XIXème siècle, les femmes n’ont pas vraiment voix au chapitre. Elle agace parce que c’est une laïque qui entend répandre la Bonne Nouvelle et redonner son importance à la « divine Eucharistie » (1) dans une société en voie de déchristianisation.

Elle inspire… En effet, quelle fécondité d’initiatives et d’œuvres qui continuent encore après elle ! C’est l’idée du « sou hebdomadaire », une quête de la main à la main auprès de petits groupes de dix personnes pour récolter des fonds réclamés par son frère Philéas alors en mission en Chine, qui donne naissance à l’une des œuvres les plus importantes de l’Église catholique aujourd’hui : l’Œuvre de la Propagation de la Foi. C’est encore le Rosaire vivant, perpétué aujourd’hui à travers le monde par le père dominicain Joseph Eyquem.

Et c’est enfin sa grande inspiration sociale, en faveur de la classe ouvrière : « Il faut s’attacher à améliorer la condition de la classe ouvrière. Il faut rendre à l’ouvrier sa dignité d’homme, en l’arrachant à l’esclavage d’un travail sans relâche, sa dignité de père en lui faisant retrouver les charmes de la famille, sa dignité de chrétien en lui procurant les espérances de la religion », écrit-elle. On retrouve les intuitions de Pauline dans les mouvements d’actions catholiques créés par la suite : en 1886, l’Action Catholique pour la Jeunesse Française (ACJF) et en 1927, l’Action Catholique Ouvrière (ACO).

Ce qui touche particulièrement Marie-Dominique, c’est le côté extrêmement discret, presque anonyme de l’action de Pauline Jaricot. Un modeste effacement derrière la multitude de ses œuvres sociales et spirituelles. Mais que ses contemporains étaient loin d’ignorer puisque ceux qui lui rendaient visite pour quérir son aide et ses conseils la prénommaient affectueusement « la Pauline ».

Prenez part à la mission d’évangélisation avec les OPM

(1) Référence à son livre L’Amour Infini Dans La Divine Eucharistie ou Le Cœur de Jésus-Christ, Salut de l’Eglise de la Société (1823).




Lire aussi :
La belle amitié entre Pauline Jaricot et le saint Curé d’Ars


SAINT PETER SQUARE GENERAL VIEW

Lire aussi :
Cinq Français auréolés par la Congrégation des causes des saints, dont Charles de Foucauld et Pauline Jaricot

Tags:
béatification et canonisationEglise en missionL'école des saintsOPMpauline jaricot
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
Pelerinage Lourdes famille Dupuy
Timothée Dhellemmes
Anne et Guillaume ont confié leur fille Jeann...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement