Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Hong Kong : « Nous avons besoin d’un miracle du ciel ! »

Le cardinal Zen, en 2018.
Partager

Le gouvernement chinois réuni en congrès, le 28 mai dernier, a voté une loi de « sécurité natioale » qui remettrait en cause le régime spécifique de Hong Kong. Bien qu’encore interdites pour cause de coronavirus, les manifestations ont repris à Hong Kong et son ancien évêque, le cardinal Joseph Zen, pousse un cri d’alerte à l’intention de la communauté internationale.

Le parlement chinois, le Congrès national du peuple, a voté le 28 mai pour une nouvelle loi « de sécurité nationale » qui inquiète. Si cette loi doit encore être rédigée et adoptée, elle menacerait les libertés fondamentales des Hongkongais. Ceux-ci ont repris, à leurs risques et périls, les manifestations de rues. Pour rappel, rétrocédé par la Grande-Bretagne en 1997, Hong Kong a été autorisé à conserver la plupart de ses libertés civiles – dont la liberté d’expression et de religion – dans le cadre de la politique « un pays, deux systèmes ». La nouvelle loi mettrait fin à cette exception.

L’ancien évêque de Hong Kong (de 2002 à 2009), le cardinal Joseph Zen âgé aujourd’hui de 88 ans, reste très actif pour dénoncer les initiatives du Parti communiste chinois et s’inquiète de cette nouvelle « loi sécurité ». Il souhaite alerter la communauté internationale et reste très critique envers le silence du Vatican. « Nous sommes très inquiets et avons besoin d’un miracle du ciel! », a-t-il indiqué au quotidien Crux rappelant que « les communistes n’accordent jamais rien, ils veulent juste contrôler ».

Si les manifestations ont repris dans une partie de la ville, les arrestations sont quotidiennes. En effet, depuis l’apparition de la pandémie en janvier dernier, les restrictions en matière de rassemblement public sont strictes, pas plus de huit personnes. Ces restrictions qui devaient se terminer fin mai, ont été prolongées dans un premier temps jusqu’au 5 juin (sans doute afin d’éviter les commémorations de Tiananmen du 4 juin) et viennent d’être reconduites jusqu’au 1er juillet. Par peur d’une date anniversaire ? Le 9 juin prochain, cela fera en effet un an que les protestations contre l’influence croissante du gouvernement autoritaire de la Chine continentale ont débuté, rassemblant alors plus d’un million de personnes dans les rues. Le cardinal à la retraite Joseph Zen, et l’évêque auxiliaire Joseph Ha Chi-Shing avaient joué un rôle de premier plan par leurs soutiens aux manifestants.