Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

La crise n’est pas « le moment de faire des changements [mais] le moment de la fidélité »

VATICAN MEDIA / AFP
Partager

La crise n’est pas « le moment de faire des changements [mais] le moment de la fidélité », a déclaré le pape François lors de sa messe à la Résidence Sainte-Marthe au Vatican le 2 mai 2020. Dans ces périodes, il faut « faire confiance au Maître », a-t-il affirmé.

Dans son homélie ce samedi, le successeur de Pierre a souligné que les temps de l’Eglise primitive ont aussi été des « temps de crises », qui sont toujours des « moments de choix ». Il a rappelé comment certains disciples, dont ceux d’Emmaüs, ont abandonné leurs certitudes face aux difficultés.

Face aux tribulations, il faut « faire confiance au Maître » et être « très ferme » dans sa foi. « Dans les moments de crise, il faut de la persévérance, du silence, a-t-il ajouté, rester là où nous sommes, toujours. Ce n’est pas le moment de faire des changements. C’est le moment de la fidélité ».

Les chrétiens doivent apprendre à gérer les moments de paix comme ceux de crise, a insisté le pontife, et être fidèles à leurs engagements. Pour illustrer cette idée, le 266e pape a rapporté un dicton argentin qui dit : « quand tu montes à cheval et que tu dois traverser une rivière, s’il-te-plaît, ne change pas de cheval au milieu de la rivière ».

La crise est le moment « de la fidélité à Dieu », et donc de la conversion. Pour celui qui la surmonte, c’est « comme passer par le feu pour devenir fort », a expliqué l’évêque de Rome. Les chrétiens doivent donc apprendre à gérer les moments de paix comme ceux de crise, a-t-il insisté, et être fidèles à leurs engagements.

L’unité est supérieure au conflit

Le pape François avait commencé sa messe par une intention de prière pour les dirigeants politiques, dont le « travail n’est pas facile ». Il leur a rappelé que pour le bien du peuple, il faut savoir mettre de côté ses différents, « car l’unité est supérieure au conflit ».

Le pape a aussi salué une initiative, celle des « madrugadores », ce qui veut dire en espagnol les lève-tôt. Ces derniers qui choisissent de prier tôt le matin, étaient 300 ce matin à prier avec le pontife.