Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Over the Blues, un vaste réseau de couturières au secours des soignants

Partager

En Ile-de-France, pas moins de 500 bénévoles se sont portés volontaires en une dizaine de jours pour livrer près de 1.000 blouses à des hôpitaux, des Ehpad et des maisons de retraite. Ces établissements manquent cruellement de vêtements de protection en raison de l’afflux de patients touchés par le covid-19. Une initiative lancée par deux créatrices sous le nom d’opération « Over the Blues ».

Lundi dernier, François, directeur d’école, a effectué sa première livraison de sur-blouses à la lingerie de l’hôpital Simone Veil, à Eaubonne (Val d’Oise). Trente blouses, toutes confectionnées par des bénévoles des communes environnantes. Le lendemain, il en a réceptionné 34 autres, destinées au même hôpital. Tout a commencé il y a une semaine, lorsque la femme d’un de ses amis, médecin pneumologue, lui confie que le personnel de l’hôpital va bientôt manquer de sur-blouses. Ils ont bien pensé à revêtir les blouses fournies habituellement aux patients, mais les manches courtes ne les protégeraient pas suffisamment du virus. Grâce au bouche-à-oreille, François entre en contact avec Odile de Ruffray et Aude de Montille, créatrice de robes de mariée à Versailles, et récupère ainsi le patron des sur-blouses réalisé par la couturière versaillaise et validé par le corps médical. Il lance ensuite un appel, largement relayé par les enseignants de son école et les parents d’élèves, à la recherche de draps en coton et de mains habiles pour coudre.

En quelques jours à peine, nombreux sont les Val d’Oisiens à se retrousser les manches. « Au début, ça a commencé doucement, à Ermont, puis d’autres communes s’y sont mises. Je suis obligé de demander à d’autres personnes de faire le relais dans les autres villes pour regrouper les points de chargement sinon je ne m’en sors pas ! », explique-t-il à Aleteia. Car cette valse de blouses repose sur une organisation bien huilée, une danse à trois temps : François récolte d’abord des draps de lit simple, en tissu lavable à 60°- 90°. Puis il les livre aux couturiers et couturières volontaires, avant d’effectuer le ramassage final des sur-blouses pour les livrer à l’hôpital. Elles y sont relavées puis réaffectées dans différents services de pneumologie ou de réanimation en fonction de l’arrivée des patients.

@Claire Bordes
Voisine de l'hôpital d'Eaubonne, cette famille coud des blouses qui seront livrées aux soignants.

A l’origine de cette vaste opération qui prend chaque jour de l’ampleur, une créatrice de robes de mariée, Aude de Montille, ayant troqué les délicats tissus ivoire contre de solides draps de coton. « Au début, c’était fin mars, c’est un Ehpad de Versailles, tenu par les Augustines, qui s’est tourné vers mon atelier car le personnel manquait de sur-blouses. Cette demande a rejoint totalement cette volonté d’agir, de faire quelque chose, qui nous animait Odile et moi ! », nous confie Aude de Montille.

Un immense élan de solidarité

Puis c’est l’hôpital versaillais de la Porte Verte qui a bénéficié des blouses confectionnées par les « fées » de l’atelier versaillais, qui tourne désormais à plein régime. L’initiative a essaimé un peu partout, d’abord en région parisienne. Hier, mardi, 70 blouses ont été livrées à l’hôpital européen Georges Pompidou, à Paris. Des vêtements médicaux, blouses, pantalons et masques, affluent également vers les hôpitaux Corentin Celton à Issy-les-Moulineaux, Antoine Béclère à Clamart, Saint Joseph à Paris, Fontenay aux Roses et tant d’autres… Une antenne a été créée dans le Gard et même à Athènes. « Nous fournissons le mode d’emploi, le patron et ensuite les antennes fonctionnent localement de manière autonome », explique Aude de Montille.

Le site internet « Over the Blues » vient de voir le jour  pour faciliter les mises en relation entre soignants et bénévoles. « C’est un immense élan de solidarité, une chaîne humaine qui nous dépasse complètement », s’exclame Aude de Montille. D’autant plus humaine que les petites « fées », les couturières mais aussi les livreurs, les fournisseurs, les entreprises qui font des dons de matières premières, accompagnent les livraisons de mots doux et attentions délicates à destination des soignants. Un bel exemple de générosité, de dynamisme et de délicatesse pour soutenir de manière concrète le personnel soignant en ces temps difficiles.

@Atelier Aude de Montille

Si vous souhaitez créer une antenne, vous rattacher à l’antenne la plus proche de chez vous, recevoir le patron, proposer vos services ou faire un don de tissu ou d’élastiques plats pour les poignets, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : overtheblues.contact@gmail.com.