Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une chrétienne retrouvée assassinée dans le sud-est de la Turquie

© Public Domain
Partager

Simoni Diril, une chrétienne catholique a été retrouvée assassinée ce vendredi 20 mars en Turquie après avoir été longtemps retenue prisonnière avec son mari. Il s’agit des parents d’un prêtre, confirme Mgr Pascal Gollnisch à la tête de L’Œuvre d’Orient, association française au service des chrétiens d’Orient.

Soixante-dix jours après sa disparition, le corps de Şimoni Diril, une chrétienne chaldéenne catholique (de tradition orientale syriaque) a été retrouvé ce 20 mars en Turquie. Avec son mari, Hurmuz Diril, le couple avait été enlevé le 11 janvier dernier dans le village de Mehr, dans la province de Sirnak (sud-est de la Turquie) où il résidait. Le corps de la femme a été découvert dans une rivière près de son village. Son mari est toujours porté disparu.

Selon l’agence de presse indépendante AINA qui fournit des analyses sur les questions liées à l’Assyrie (région qui s’étend sur la totalité ou sur une partie de pays comme la Turquie, l’Irak, la Syrie, le Liban, la et l’Iran), un témoin a déclaré que dans l’après-midi du 11 janvier, un groupe de personnes avait emmené Hurmuz Diril et son épouse Şimoni de leur domicile et les avait conduits vers une destination inconnue. Leur fils, Remzi Diri, prêtre de l’Église catholique chaldéenne d’Istanbul, venu rendre visite à ses parents le 12 janvier, avait trouvé la maison vide. Hurmuz Diril et sa femme étaient revenus à Mehr il y a une dizaine d’années pour vivre à nouveau dans leur village d’origine. Derniers habitants chrétiens du village, ils avaient rejeté à plusieurs reprises les demandes des autorités turques d’abandonner la région.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]