Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’extrémisme chrétien est « l’extrémisme de l’amour »

AFP 2020 02 23
Partager

Le Christ propose « la plus grande » révolution de l’histoire en demandant de passer de « l’ennemi à haïr à l’ennemi à aimer », a déclaré le pape François dans son homélie du dimanche 23 février. C’est à Bari (Italie) que le souverain pontife a célébré la messe de clôture de la rencontre « Méditerranée, frontière de paix » qui a rassemblée les évêques du pourtour méditerranéen.

C’est au terme d’une rencontre de quatre jours entre évêques de la Méditerranée, à Bari (Italie) autour du thème « Méditerranée, frontière de paix », que le pape François est venu célébrer la messe de ce dimanche 23 février. Il est notamment revenu sur la révolution que propose Jésus : aimer ses ennemis et savoir les pardonner.

Devant une foule dense, le souverain pontife a ainsi commenté le passage de l’Évangile (Mt, 5, 38) où le Christ, dépassant la loi du Talion, demande à chacun d’aimer ses ennemis. De fait, l’amour de Jésus ne connaît « pas de frontières ni de barrières », a affirmé le pape François.

« Voici la révolution de Jésus, la plus grande de l’histoire : de l’ennemi à haïr à l’ennemi à aimer », a déclaré le souverain pontife. Le Christ demande en conséquence « l’extrémisme de la charité » car, « c’est l’unique extrémisme chrétien : celui de l’amour », a-t-il précisé.

Aimer son ennemi est une stratégie « perdante aux yeux du monde, mais gagnante aux yeux de Dieu », a expliqué le pontife. Mais pour autant, elle n’est pas « impossible », car « si le but avait été inaccessible, Dieu ne nous aurait pas demandé de l’atteindre », a déclaré le successeur de Pierre. « Aimer et pardonner, c’est vivre comme des vainqueurs », a martelé l’évêque de Rome. Au contraire, l’homme est perdant s’il lutte pour la foi « par la force ».

« Désarmer » son cœur

Dès lors, il faut choisir « l’amour, même s’il coûte, même s’il va à contre-courant », a-t-il demandé. Le souverain pontife a invité à ne pas se préoccuper « de la méchanceté des autres, de celui qui pense mal », mais plutôt à « désarmer » son cœur par amour du Christ. « Celui qui aime Dieu n’a pas d’ennemi dans le cœur », a-t-il rappelé à son auditoire.

Le pape François a ensuite exhorté la foule à demander « la grâce » de l’amour pour apprendre à pardonner. Il a aussi expliqué que la « culture de la haine » se combattait aussi en luttant contre la « culture de la lamentation », qui doit être remplacée par une « culture du don ».

Découvrez aussi dix histoires incroyables de pardons :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]