Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le plus beau souvenir de sœur André, 116 ans, vice-doyenne de l’humanité

GERARD JULIEN / AFP
Soeur Andrée, le 11 février 2020, à Toulon.
Partager

Bien connue des lecteurs de Aleteia, sœur André a fêté ses 116 ans mardi 11 février. Plus vieille religieuse du monde, doyenne des Français et des Européens, vice-doyenne de l’humanité, sœur André vit dans une maison de retraite dans le Var. Et elle répond toujours avec une vivacité d’esprit étonnante aux nombreuses sollicitations.

Le maire de Toulon, l’évêque Dominique Rey, une classe de CE1 qui a entonné des chants religieux, des journalistes et des photographes… il y avait du monde mardi 11 février pour entourer sœur André, qui fêtait ses 116 ans dans une maison de retraite du Var où elle vit depuis 2009. Religieuse la plus âgée au monde, Lucile Random, son nom à l’état civil, est doyenne des Français depuis 2017 et doyenne des Européens depuis fin 2019 !

Née en 1904, dernière d’une fratrie de cinq enfants, sœur André surprend encore par la vivacité de ses souvenirs. À la presse qui l’interrogeait, elle a confié conserver de tristes souvenirs de son enfance : « C’était en 14, la guerre c’était pas rigolo ». Mais elle garde aussi un sentiment touchant de cette période, ce qu’elle décrit comme son plus beau souvenir, « quand mes deux frères sont revenus » du front en 1918. « C’était rare, dans les familles, il y avait plutôt deux morts que deux vivants. Ils sont revenus tous les deux ».

Sœur André est aussi revenue sur sa vocation, elle dont le grand-père maternel était pasteur protestant. « Nos parents ne nous ont pas élevés dans la religion protestante, ce n’est que plus tard que j’ai découvert la foi catholique, et j’ai dit, c’est ça qu’il me faut ! » Instruite par les sœurs du Cénacle à Paris où elle recevra le baptême et la communion à 26 ans, elle entrera ensuite, en 1944, à 40 ans, chez Filles de la Charité, rue du Bac, à Paris. Longtemps elle s’occupera d’enfants, « j’adorais les enfants : j’en avais 40, vingt garçons vingt filles, j’étais heureuse et eux aussi ! »

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]