Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Cardinal Barbarin : la Cour d’appel de Lyon va rendre son arrêt

Cardinal Barbarin
Le cardinal Barbarin lors de son procès en appel, le 28 novembre 2019.
Partager

Ce jeudi 30 janvier, la Cour d’appel de Lyon doit se prononcer sur le cas du cardinal Barbarin, condamné en mars à 6 mois de prison avec sursis, pour ne pas avoir dénoncé à la justice les abus sexuels perpétrés par Bernard Preynat. Lors de l’audience d’appel, le procureur général avait réclamé la relaxe. Quel que soit le verdict, beaucoup spéculent sur un prochain départ du cardinal de Lyon.

L’affaire aura commencé en 2015, lorsque plusieurs plaintes furent déposées par d’anciens scouts de Sainte-Foy-les-Lyon, victimes de l’ancien prêtre Bernard Preynat. Le cardinal Barbarin se retrouve alors mêlé au scandale. Certains lui reprochent d’avoir couvert les actes du prêtre intervenus 30 ans auparavant. Pour rappel, malgré l’enquête poussée et la nécessaire médiatisation de l’affaire, aucun cas n’a été découvert par la justice après 1991, année où Bernard Preynat fut démis de ses fonctions d’aumônier scout par le cardinal de l’époque. Aussi, à son arrivée à la tête du diocèse, en 2002, le Cardinal Barbarin ne prend pas de mesure particulière contre ce prêtre envoyé dans une autre paroisse, ce que lui reprocheront les victimes.

Un arrêt très attendu à Lyon

Suite aux plaintes déposées, et après une perquisition à l’archevêché et une audition de dix heures par le police en juin 2016, le parquet de Lyon décide de classer l’affaire concernant la mise en cause du Cardinal Barbarin, considérant qu’il n’avait eu « aucune volonté d’entraver la justice ». Mais cette décision scandalise les victimes, l’association La Parole Libérée lance alors une procédure en citation directe à l’encontre du prélat. C’est dans ce cadre que le tribunal correctionnel de Lyon condamne en mars 2019 le cardinal à six mois de prison avec sursis, mais relaxe les autres accusés, membres de son équipe. Dans la foulée, Mgr Barbarin présente sa démission au Pape, qui la refuse. L’émotion est grande de part et d’autre, et la situation dans le diocèse de Lyon devient inédite. En effet, le Cardinal Barbarin annonce se mettre en retrait, et c’est le père Yves Baumgarten a qui échoit la conduite du diocèse… avant la nomination quelques semaines plus tard de Mgr Michel Dubost comme administrateur apostolique, en attendant l’issu des procédures judiciaires en cours. La réponse de la Cour d’Appel qui aura lieu jeudi vers 13h30, est donc très attendue.

Sauf revirement de dernière minute, le cardinal Barbarin n’apparaîtra pas jeudi après-midi face aux juges. « Il n’avait pas exclu d’y être, mais nous lui avons recommandé de ne pas venir », a indiqué à l’AFP son avocat Jean-Félix Luciani, précisant que cet avis avait été émis « au regard de toute l’intendance que cela nécessite, notamment en matière de sécurité, mais aussi pour préserver sa santé ». « Il attend la décision judiciaire avec le sentiment de ne pas avoir commis d’infraction pénale, mais ses pensées vont très franchement davantage vers les victimes que vers son propre sort », a-t-il ajouté, en écho aux déclarations du cardinal à l’issue de l’audience en appel.

Un départ à venir

Dix jours après le procès de Bernard Preynat qui a reconnu les faits, et contre lequel ont été requis au moins huit ans de prison, le diocèse de Lyon saura donc ce que la justice a décidé pour son archevêque en retrait. S’il vit encore à Lyon, le cardinal Barbarin a effectué des voyages en Turquie et en Irak ces derniers mois, auprès des chrétiens d’Orient qu’il soutient tout particulièrement. Il a également prêché quelques retraites en France et en Suisse, et vécu en paroisse. Quelle que soit l’issue de la procédure, qui aura duré quatre ans, il apparait acquis que le Cardinal quittera la capitale des Gaules dans les semaines à venir. Et qu’une nouvelle page sera tournée prochainement dans le diocèse de Lyon, qui aspire à retrouver une certaine sérénité, tout en continuant à libérer la parole.