Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ce saint surnommé le « docteur angélique »

AQUINAS
Partager

Surnommé le « docteur angélique  », saint Thomas d’Aquin a laissé une pensée théologique incroyablement lumineuse sur les anges, au point que nombreux sont ceux qui prétendent qu’il leur ressemblait. Le maître dominicain que nous fêtons ce 28 janvier était en effet réputé pour sa pureté angélique.

C’est à partir du XVIe siècle que l’on commence à surnommer saint Thomas d’Aquin — né trois siècles auparavant — le « docteur angélique ». La pure intelligence et le rayonnement spirituel inégalé de ce maître dominicain, celui qui a écrit de manière admirable sur les anges, lui ont valu ce qualificatif très prestigieux. Pour lui, les anges étaient des amis fidèles. Des tuteurs personnels, comme il les décrit dans sa Somme théologique. Lorsqu’une personne naît, on lui attribue un tuteur. Il en est de même avec les forces célestes : chacun a son propre ange gardien. Dans nos vies terrestres, nous avançons vers notre patrie céleste. Et sur ce chemin, nous sommes menacés par de nombreux dangers qui viennent « de l’intérieur et de l’extérieur. » Pour y faire face, il nous faut une protection spéciale. Aussi, tant qu’il pèlerine sur ce chemin terrestre, l’homme se voit attribuer un gardien spécial : « son ange gardien », comme le précise le grand théologien (ST I, 113, 4).

«Sans les créatures spirituelles, la création ne serait pas complète.»

Pour lui, il y trois grands types de créatures. En premier lieu, celles du cosmos : les créatures matérielles. Viennent ensuite les anges : les créatures spirituelles. Enfin l’homme, qui est à la croisée des deux. Quand on lit les écrits de saint Thomas, on se rend compte à quel point sa pensée sur l’homme est inspirée par la lumière des anges.

Si l’existence des anges est pour lui une évidence, saint Thomas avance néanmoins une preuve a priori de leur réalité. Sans les créatures spirituelles, la création ne serait pas complète. Elle doit faire retour à Dieu, et seule une créature spirituelle peut assumer la création pour la faire monter vers Dieu. Et si on recherche aussi des preuves a posteriori, des effets qui ne s’expliquent que par l’existence des anges, on peut aussi les trouver. Mais le saint dominicain admet qu’il est plus facile de voir l’œuvre des démons que celle des bons anges. C’est ce qu’explique le frère Serge-Thomas Bonino, spécialiste de l’enseignement de saint Thomas d’Aquin, dans une conférence sur la vision des anges du théologien dominicain : « Les anges ne sont pas des êtres divins. Ils sont au service de Dieu, envoyés en mission par Dieu : Angelos signifie « envoyé ». Les anges font ainsi le lien entre le divin et le monde des hommes », précise-t-il encore.

«À la différence de l’homme qui doit traverser l’existence terrestre, les anges participent déjà à la même éternité que Dieu. »

Quelle est alors la nature des anges ? Saint Thomas est le premier à avoir défini l’ange comme une créature purement immatérielle, c’est-à-dire purement spirituelle. Ainsi, dire que l’ange est un pur esprit risque de le mettre sur le même plan que Dieu. Alors, si l’ange n’est pas composé de matière, comment préserver la transcendance de Dieu par rapport à lui ? Pour saint Thomas, si l’ange n’est pas composé de matière et de forme, il est néanmoins composé d’une essence et d’un acte d’être. Et c’est cette composition d’être et d’essence qui met l’ange du côté de la créature.

Car en Dieu seul, il y a identité absolue de l’être et de l’essence, sans aucune composition. Ainsi, la distinction entre Dieu et les créatures célestes est reconnue. À la différence de l’homme qui doit traverser l’existence terrestre, les anges participent déjà de la même éternité que lui. Ce qui fait d’eux les envoyés de Dieu, ses infatigables serviteurs, à l’exception de ceux qui ont choisi de se séparer de Dieu dans une réalité où le temps n’existe pas, c’est-à-dire pour toujours. Les intuitions merveilleuses de saint Thomas d’Aquin continuent aujourd’hui de nous éclairer. Ce qui lui vaut vraiment bien d’être appelé le « docteur angélique ».

À découvrir en images : la hiérarchie des anges
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]