Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le credo de Bernard Tapie sur le plateau de BFMTV

Bernard Tapie invité sur le plateau de BFMTV le 20 janvier 2020.
Partager

Invité sur le plateau de BFMTV ce lundi, Bernard Tapie s’est livré à une confession sur des sujets variés, y compris sa conception de la foi. Des révélations, sinon inattendues, touchantes.

Inénarrable Bernard Tapie. L’ancien homme d’affaires aujourd’hui âgé de 77 ans était au cœur d’une soirée spéciale diffusée lundi soir par BFMTV. Pendant l’émission, un long documentaire intitulée « Bernard Tapie, les matchs de sa vie », revenait sur le parcours personnel de l’ancien chanteur, homme d’affaires, patron de l’OM, animateur de télévision, député, recordman de la traversée de l’Atlantique à la voile, acteur et ancien ministre. À l’occasion de cette diffusion, il était invité à répondre aux questions du journaliste Bruce Toussaint sur le plateau de la chaîne d’informations.

Les sujets étaient variés, de la philanthropie à la politique en passant par ses ennuis judiciaires, l’affaire OM-Valenciennes, jusqu’à son spectacle prévu pour le printemps prochain. Un exercice de vérité – c’est du moins ce qu’il avance – au cours duquel il s’est confié, à sa façon, sur son rapport à la religion et sa manière de lutter contre un double cancer.

« Convaincu que c’est la loi du cœur »

« La spiritualité vous aide dans ces moments-là où vous pensez à ces choses-là ? », le questionne l’animateur. « Oui et non. Oui, parce que je ne fais pas de la mort un drame absolu et non parce que je ne veux pas tomber dans la mauvaise posture, celle qui consisterait à d’un seul coup me sentir obligé d’implorer. Je veux rester ce que j’ai toujours été face à la religion, un pratiquant monolithique, convaincu que c’est la loi du cœur. Ce n’est pas la voie de l’éternel, ni la voie du piston ». Et de poursuivre, face au journaliste qui lui demande de préciser : « Il y en a qui se sentent obligés, un peu la règle du pari de Pascal : je n’ai rien à perdre, donc oui, je fais semblant. Ils se gourent parce qu’il voit tout ».


Pour ce magnat à la française , être croyant, « c’est être lucide sur la limite de vos connaissances et de vos capacités à comprendre ». C’est déjà un bon début. « Par conséquent, cessons de penser que l’être humain est au bout du bout de la connaissance. Il ne connaît rien encore ! », s’exclame l’ancien président de l’OM. « Vous savez la foi, c’est comme l’amour », ajoute-t-il. « Essayez d’expliquer l’amour à quelqu’un qui n’a jamais été amoureux. Comment vous faites ? C’est compliqué. Moi ça ne m’est pas tombé dessus parce que mes parents me l’ont inculqué, ça m’est tombé dessus parce que je jouais du violon le dimanche à l’église et qu’un jour, je n’ai pas joué du violon comme les autres fois ». Ce n’est pas la première fois que Bernard Tapie se livre sur ce type de sujets. En 2018, il affirmait au cours d’un entretien publié par Le Point que sa relation à la mort était « lucide et décomplexée, sans crainte et sans peur ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]