Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

La réponse pleine d’humour du pape François à la polémique de la tape sur la main

POPE AUDIENCE
Le pape François lors de l’audience générale du 8 janvier 2010.
Partager

Lors de l’audience du 8 janvier 2020, le pape François a une nouvelle fois été interpellé avec véhémence par une fidèle un peu trop heureuse de pouvoir saluer le chef de l’Église. La réaction du pontife, pleine de mordant, vient effacer l’incident de la tape sur la main.

L’image a fait le tour du monde : le Pape, tiré quelque peu brutalement par le bras alors qu’il salue la foule rassemblée sur la place Saint-Pierre, se retourne et dans un petit mouvement d’humeur donne deux petites tapes sur la main de l’indélicate qui se refuse à le lâcher. Puis repart, la mine bougonne. La télévision vaticane a filmé toute la scène, qui est advenue le 31 décembre après les Vêpres de la Saint-Sylvestre. L’incident, au fond assez anodin, sera cependant prétexte à de discutables interprétations dans les médias les jours suivants.

Dès le lendemain le pontife avait pourtant déjà surpris en sortant de son texte : « Souvent nous perdons patience, moi aussi ». Revenant sur l’altercation de la veille, le Pape a demandé pardon pour le « mauvais exemple » de son geste d’agacement. Dans le Washington Post, l’éditorialiste Ruth Marcus avait cette lecture intelligente de la réaction du successeur de Pierre : « La plupart d’entre nous sommes nuls pour demander pardon. Le Pape vient de nous montrer comment ça marche ». Une bonne façon de commencer l’année !

Mais la meilleure réponse aux polémiques entourant cet incident anecdotique a été donnée ce mercredi 8 janvier lors de l’audience générale, qui a lieu au Vatican dans la salle Paul VI. Comme à son habitude, le Pape rejoint la tribune sur laquelle il prononce sa catéchèse en passant au milieu d’une foule abondante qui n’a qu’une seule idée en tête : le voir ! Et pour certains, cela veut dire le voir de près, voire de très près… et évidemment de le toucher. Le pape François salue donc de nombreux fidèles qui lui tendent leur main, des images religieuses, des chapelets, ou du bout des bras leur enfant qu’il embrasse et bénit en souriant. Sous les vivats de la foule, le pontife peine à avancer, tant il y a du monde qui souhaite le saluer, prendre une photo, et ce sans déroger à l’emploi du temps très strict qui lui est fixé.

Ce 8 janvier, une jeune sœur particulièrement contente de voir le souverain pontife a donné au pape François l’occasion de montrer qu’il est aussi capable d’humour spontané malgré la gravité de sa tâche de pasteur parmi les chrétiens. La jeune femme se met à crier au successeur de Pierre qu’elle souhaite que le Pape l’embrasse ! Celui, entendant cela, se raidit tout à coup, comme si le mauvais souvenir de la semaine précédente se rappelait à lui. Mais, avec un air malicieux, il simule l’effroi et déclare en italien à l’assistance : « J’ai peur ! » Puis, s’adressant à la sœur, en mimant le coup de patte d’une bête féroce : « Tu mords ! ». Et continue : « Je te donne un baiser, mais tu restes tranquille, tu ne me mords pas ! » Évidemment, toute l’assemblée éclate de rire, la sœur concernée la première. D’ailleurs, pour avoir offert à tous cette scène comique, elle a été récompensée par un baiser pontifical !