Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ancien prêtre-ouvrier, ce capucin fête ses 100 ans

Père Léon Gahier
Le père Léon Gahier, capucin, prêtre-ouvrier à la retraite, lors d'une prise de parole le 17 octobre 2019 à Tours.
Partager

Arrivé dans le diocèse de Tours en 1949, frère Léon Gahier vient de fêter son centième anniversaire. Cet homme engagé a été prêtre-ouvrier pendant plusieurs dizaines d’années, côtoyant simultanément communistes, syndicalistes, croyants et religieux.

Un sacré personnage ! Frère Léon Gahier (frère Rogatien en religion), mineur capucin, vient de fêter ses 100 ans. Né le 15 décembre 1919, cet ancien prêtre-ouvrier, qui fait aujourd’hui partie du diocèse de Tours, a célébré ses 75 ans de sacerdoce le 19 mars 2019. En 1946, tout jeune prêtre, il participe, à la demande du cardinal Suhard, archevêque de Paris, à la première équipe de capucins-ouvriers au « petit-Nanterre ». Un véritable projet missionnaire. Avec deux autres religieux, il construit une baraque en bois rue des Pâquerettes, en plein quartier populaire, qui devient par la suite le fief de la « fraternité capucine ».

Une « double fidélité »

Tour à tour ouvrier dans les wagons de marchandises, aux papeteries de la Seine, chauffeur de chaudière, chiffonnier, maçon, manutentionnaire, frère Léon Gahier fait les trois-huit comme ses frères d’usine, prend sa carte syndicale à la CGT en 1946 et participe à la grève générale de 1947. Il exerce différentes fonctions syndicales, devenant élu du personnel, délégué CGT du personnel et secrétaire de plusieurs comités d’entreprise. « Il fallait vivre la double fidélité du monde ouvrier et de l’Église », racontera-t-il plus tard. Pierre Moracchini, responsable de la bibliothèque franciscaine au couvent des capucins à Paris, explique dans un tweet qu’à Nanterre, chaque journée se terminait par la messe célébrée à la baraque et que des ouvriers de chez Simca avaient réalisé pour leurs camarades prêtres des objets liturgiques… bien à l’image de leur travail. 

Il rapporte cette anecdote. En avril 1950, Mgr Feltin, archevêque de Paris, rend visite à la « baraque des moines », dans laquelle se sont massées quelques 70 personnes qui l’interpellent : « Il faut que vous nous donniez des prêtres-ouvriers, parce que eux ils nous comprennent ; les autres ils ne peuvent pas », « Qu’est-ce qu’il en pense le Pape des prêtres-ouvriers ? Il est d’accord ? Il faut lui dire le “boulot” qu’ils font et que c’est nécessaire qu’il y en ait davantage ». Au point que l’archevêque fait plus tard cette confidence au provincial des capucins : « La mission de Nanterre ? La plus belle réalisation de la mission de Paris ». Quand certains disent « mes biens chers frères », frère Léon préférerait-il « chers camarades » ?

Douze missionnaires qui sauront vous inspirer :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]