Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 octobre |
Saint Jude
home iconCulture
line break icon

C'est en voyant Conques que Pierre Soulages décide de devenir peintre

sainte foy de conques

© Fred de Noyelle / Godong

Caroline Becker - Publié le 10/12/19

Une rétrospective-hommage s'ouvre ce mercredi 11 décembre au musée du Louvre en l'honneur de Pierre Soulages, qui fêtera ses 100 ans le 24 décembre prochain. Peintre de "l'outrenoir", il aura marqué son siècle pour son travail sur le noir et ses reflets. Si son domaine de prédilection reste la peinture, il n'en demeure pas moins connu pour une autre réalisation de taille : les vitraux de la magistrale abbatiale Sainte-Foy de Conques dans l'Aveyron.

Ils ne sont que trois artistes contemporains à avoir été exposés de leur vivant au Louvre : Picasso, Chagall et désormais Soulages. Ce dernier, qui fêtera ses 100 ans le 24 décembre prochain, a ainsi le privilège de se voir dédier une rétropective unique dans le Salon carré du musée du Louvre jusqu’au 9 mars 2020.

Figure majeure de la peinture informelle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Pierre Soulages reste et restera associé à sa couleur de prédilection : le noir. Une couleur dont il aura, toute sa vie, tenté d’en révéler la lumière. « Un jour je peignais, le noir avait envahi toute la surface de la toile, sans formes, sans contrastes, sans transparences. Dans cet extrême j’ai vu en quelque sorte la négation du noir. Les différences de texture réfléchissaient plus ou moins faiblement la lumière et du sombre émanait une clarté, une lumière picturale, dont le pouvoir émotionnel particulier animait mon désir de peindre. Mon instrument n’était plus le noir, mais cette lumière secrète venue du noir », confiait-il.

Sainte-Foy de Conques
© Luna2631 - Shutterstock
Abbatiale Sainte-Foy de Conques.

Cet artiste prolifique, aux 1.700 toiles, qui a toujours préféré la peinture à tout autre art, a cependant fait une exception dans sa vie. En 1986, après avoir refusé plusieurs projets pour différents édifices, il accepte la proposition du ministère de la Culture de réaliser, dans le cadre d’une commande publique, 104 nouveaux vitraux pour l’église Sainte-Foy de Conques située près de Rodez, sa ville natale.

Car le peintre a toujours gardé, depuis l’enfance, un attachement profond pour cette abbatiale romane nichée au cœur de la forêt. Amené pour la première fois devant ce chef-d’œuvre occidental à l’âge de 5 ans, par sa mère très croyante, c’est quelques années plus tard, quand il y retourne, qu’il a le choc de sa vie : « Lorsque j’ai eu 14 ans, c’est devant l’abbatiale de Conques que j’ai décidé que, seul l’art m’intéressait dans la vie (…). Conques est le lieu de mes premières émotions artistiques », déclarait-il. Sans se revendiquer croyant, l’artiste a toujours confié son attachement au sacré : « L’idée de Dieu est pour moi anthropomorphique. Ce que je sais, c’est que je ne sais pas, avoue-t-il. En revanche, je crois au sacré. Il fait partie intégrante de la dimension humaine, nous le portons en nous ».

Sainte-Foy de Conques
© Fred de Noyelle / Godong

Les vitraux de Pierres Soulages à l'abbaye Sainte-Foy de Conques.

Animé par son envie se servir cette architecture aux lignes pures, il réalise d’importantes recherches au Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques de Marseille et à Saint-Gobain. Car le défi est de taille. L’abbaye de Conques, qui est mondialement connue pour son architecture mais aussi son Trésor d’orfèvrerie abritant la statue-reliquaire de sainte Foy, est un véritable chef-d’œuvre roman et possède pas moins de 95 fenêtres et neuf meurtrières. Des ouvertures considérables malgré la petitesse de l’édifice qui ne mesure que 56 mètres de long. Conscient que le monde le regarde, il se livre à une analyse méticuleuse de l’architecture, étudie ses proportions, s’inspire de son harmonie et de la douceur de sa pierre.

sainte foy de conques
© Fred de Noyelle / Godong

Les vitraux de Pierre Soulages à Sainte-Foy de Conques.

Une fois sa longue réflexion menée, Soulages présente enfin son projet en collaboration avec le maître verrier Jean-Dominique Fleury. Il décide de mettre de côté l’idée de vitraux colorés et historiés pour laisser pénétrer la lumière naturelle. « Il est bien évident que les rouges, les bleus, toutes les couleurs violentes que l’on rencontre dans les vitraux gothiques au nord de la Loire ne pouvaient que nuire à la délicatesse de la coloration des pierres et à l’espace intérieur de cet édifice », confiait-il. Il fait donc le choix de verres blancs animés de quelques lignes courbes.

« Dès le début, je n’ai été animé que par la volonté de servir cette architecture telle qu’elle est parvenue jusqu’à nous, en respectant la pureté des lignes et des proportions, les modulations des tons de la pierre, l’ordonnance de la lumière… », confiait-il, en ajoutant, « je voulais un verre qui isole de l’extérieur et en même temps un verre qui soit émetteur de clarté et module la lumière, tout en continuant les murs. » Si le choix de l’abstraction a pu susciter quelques réticences il y a 25 ans, au moment de la pose des vitraux, la polémique est aujourd’hui une histoire ancienne et les Aveyronnais sont désormais fiers de leur lumineuse abbatiale.




Lire aussi :
Notre patrimoine d’exception (7/7). L’abbatiale Sainte-Foy de Conques et son trésor carolingien

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
abbayeArtsvitrail
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement