Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une infirmière parle de son métier à ses enfants à travers une magnifique lettre

DOTYK
kuzmaphoto | Shutterstock
Partager

Infirmière, cette mère de deux enfants leur a écrit une lettre bouleversante pour s’excuser de na pas être présente autant qu’elle le souhaiterait, mais aussi pour transmettre le sens de son métier.

« Je m’excuse mes cocos d’avoir choisi un métier ingrat, celui d’infirmière ». Cette lettre, écrite par Marie-Ève Chaput, une maman infirmière, à ses deux enfants, a été publiée sur Agatha, un blog québecois dédié à la maternité. Son idée n’est pas du tout de dresser un portrait négatif du métier d’infirmière mais de montrer à quel point c’est une vocation exigeante qui prend parfois le pas sur la vie de famille, mais d’une incroyable richesse. « Quand papa te borde le soir, maman tient la main d’une personne en fin de vie qui n’a pas de famille. Quand tu fais ton karaté pour te défouler et t’amuser, maman donne l’anti-douleur de son patient qui souffre […]. Quand tu vas être chez mamie à Noël pour le brunch, il se peut que maman soit en train de souhaiter “Joyeux Noël” à des gens qui fêtent leur dernier ».

« Je te remercie »

Après leur avoir demandé pardon, la mère de famille poursuit en présentant à ses enfants l’envers du décor. « Je te remercie de la part de nombreux patients avec qui tu sens que tu partages ta maman. Je vais toujours rester votre maman à toi et ta petite sœur. Maman a seulement deux enfants, mais beaucoup de patients, et comme je les appelle dans ma tête, beaucoup de grands-parents. Tout aussi importants les uns que les autres ». Et d’évoquer ceux qui lui demandent des nouvelles des siens, cette famille émue au moment de son départ en congé maternité, ou encore cette vieille dame qui offre sa prière. « Maman a beaucoup de défauts, mais une des choses qu’elle croit qu’elle fait bien, c’est son métier. J’espère te transmettre à ta sœur et toi l’amour et le respect des autres ».

Lire aussi : Des mots sur les maux : les réseaux sociaux mettent les urgentistes à l’honneur

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]