Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Benoît de Blanpré veut « répondre aux appels de l’Église partout où elle souffre »

Benoît de Blanpré a pris ses fonctions de directeur de l'AED en France le 18 novembre 2019.
AED
Benoît de Blanpré, directeur de l'AED en France depuis le 18 novembre 2019.
Partager

Aleteia a rencontré le nouveau directeur de l’AED en France, Benoît de Blanpré. À l’occasion de la publication en français du rapport sur la persécution des chrétiens dans le monde, ce fin connaisseur de l’Asie déplore la réaction « insuffisante » de la communauté internationale.

« C’est un fait bien établi que la religion la plus persécutée au monde est aujourd’hui le christianisme, même si beaucoup de gens n’en sont pas conscients » : c’est le terrible constat dressé par le cardinal Joseph Coutts, archevêque de Karachi, au Pakistan, en introduction du rapport sur la persécution des chrétiens dans le monde. Présenté à la presse en français ce mardi 26 novembre par l’Aide à l’Église en détresse (AED), cet exposé dense et détaillé insiste particulièrement sur la détérioration du sort des chrétiens en Asie du sud et de l’est. Ils sont confrontés à l’extrémisme musulman, au nationalisme agressif et aux régimes autoritaires.

Benoît de Blanpré, le successeur de Marc Fromager à la tête de l’AED depuis le 18 novembre dernier, a justement vécu onze ans en Asie du sud-est pour l’ONG Enfants du Mékong. Il a vu de près les souffrances de certaines églises locales, et regrette que « beaucoup de Français ignorent les souffrances de l’Église notamment en Asie mais aussi en Amérique du sud ». Celui qui a également passé quatre ans à La Réunion comme directeur du développement et de la communication des Apprentis d’Auteuil veut « que l’AED soit présente partout où les chrétiens souffrent ».

« Ouvrir les portes de l’AED aux jeunes »

En France, ce sont souvent les persécutions des chrétiens au Moyen-Orient qui trouvent écho. Sur la période de juillet 2017 à juillet 2019, ils connaissent un léger répit après plusieurs années d’une extrême violence. Beaucoup ne manifestent cependant pas d’envie de revenir sur leur terre, faisant craindre leur lente extermination. En Irak par exemple, ils étaient 1,5 million avant 2003 et moins de 150.000 à l’été 2019.

Pour « élargir le cœur et les yeux des chrétiens en France sur l’ensemble des persécutions de nos frères dans le monde », Benoît de Blanpré souhaite « ouvrir davantage les portes de l’AED aux jeunes ». Âgé de 47 ans et père de famille de cinq enfants, il plébiscite ainsi le projet « AED Mission » : depuis 2017, l’association propose à des volontaires de partir trois semaines l’été sur le terrain pour animer des camps d’enfants, réparer des lieux de culte ou encore évangéliser des villages reculés. Cela permet de « créer du lien entre les chrétiens du monde entier ». Pour Benoît de Blanpré, les jeunes ont vocation à être « les premiers ambassadeurs » de l’AED et de leurs frères chrétiens à leur retour en France. Ils participent ainsi à la mission d’information et de sensibilisation de la population. C’est le premier pilier de l’AED, avant la prière et l’action.