Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Fratello, trois jours à Lourdes pour goûter à la miséricorde

Fratello
© François-Régis Salefran
Partager

Le rassemblement Fratello à Lourdes à l’occasion de la troisième Journée mondiale des pauvres a été couronné de succès. Quelque 1.500 pèlerins étaient présents. Parmi eux, de nombreuses personnes démunies venues se mettre sous le regard de Marie.

Près de 1.500 pèlerins de neuf pays d’Europe étaient rassemblés à Lourdes du 14 au 17 novembre à l’occasion de la troisième Journée mondiale des pauvres, lancée par le pape François. Un succès. Trois journées avec des personnes vulnérables et autour de Marie. Trois journées pour se tourner vers l’essentiel. Trois journées pour retrouver l’espérance. Au programme, des ateliers, des enseignements, des témoignages, des chapelets à la Grotte, des messes internationales, des temps festifs, une veillée aux flambeaux… Parmi les moments forts, le lavement des pieds, introduit par Mgr Benoist de Sinety, qui a nécessité 800 chaises, 80 bassines, 260 litres d’eau de la grotte et 400 linges par les femmes de l’atelier Bakhita. Un exemple parmi d’autres qui montre bien qu’à Fratello, on voit les choses en grand.

En images : Fratello 2019
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]