Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Comment on fait les bébés ? » : les bons mots pour répondre aux 3-5 ans

Partager

Trouver les mots justes pour aborder avec son enfant les vastes questions de la vie et de l’amour n’est pas évident. Faut-il privilégier un discours poétique pour « rester dans le merveilleux » et ménager leur pudeur ? Ou bien faut-il opter pour un langage cru et réaliste ? Inès Pélissié du Rausas, mariée et mère de cinq enfants, docteur en philosophie, s’intéresse depuis plusieurs années à l’éducation affective et livre des pistes très concrètes pour répondre à cette question dans son dernier ouvrage « Parlons d’amour à nos enfants » (Artège).

Répondre à la question « comment fait-on les bébés ? », c’est révéler « un très beau secret, celui de la vie et de l’origine de l’enfant », c’est « l’initier peu à peu à un mystère qui le dépasse ». Cela demande donc un minimum d’anticipation dans le choix des mots et de son attitude en tant que parent. « Avoir anticipé fait éviter la timidité, la gêne qui mettent l’enfant mal à l’aise ou lui feraient soupçonner que le sujet est délicat voire tabou », souligne Inès Pélissié du Rausas.

Se baser sur l’expérience de l’enfant

Anticiper d’accord, mais que dire ? L’auteur propose d’utiliser un langage analogique, permettant d’expliquer aux enfants une réalité encore inconnue d’eux, ou seulement confusément, en la comparant à une autre qu’ils connaissent. Parler de spermatozoïdes et d’ovule est trop abstrait pour un jeune enfant, trop éloigné de sa réalité. Mais si on se base sur son expérience, comme celle, par exemple, de l’observation des graines qui poussent dans la nature, il sait qu’une graine peut germer et donner une fleur, une lentille ou un épi de blé. « Il pourra alors comprendre l’analogie qu’il y a entre toute graine et les “graines de vie” du papa et de la maman, qui, après s’être rencontrées, vont devenir un petit bébé, capable de se développer dans ce milieu idéal qu’est son berceau, dans le ventre de sa maman », explique-t-elle.

Ce qu’il faut éviter

Tout d’abord, Inès Pélissié du Rausas exhorte à bannir de son vocabulaire l’expression « faire » des bébés, car elle est « dénuée de transcendance et de poésie ». Elle induit l’idée d’une sexualité mécaniste, dépourvue de sens, d’amour et de la conscience que la vie est un don. « Les enfants sont des personnes humaines et ne se fabriquent pas », précise-t-elle.

L’auteur incite les parents à dire la vérité. En voulant préserver l’innocence de leur enfant, il arrive que certains parents racontent des histoires fabuleuses comme celles des cigognes ou des naissances dans les choux. « Le problème est que ce type d’histoires est mensonger », assure-t-elle. « Confronté aux conversations de récréation et à des contenus glauques, l’enfant ne sera pas armé pour résister ni rejeter ces contenus ». Sans compter qu’il risque de ne plus faire confiance à ses parents.

Lire aussi : Que dire à son enfant pour le mettre en garde contre d’éventuels gestes inappropriés ?

Si la comparaison avec la nature et les animaux est bonne et facile, elle a cependant des limites. Elle doit être complétée avec la notion d’amour. « Car nous avons à transmettre à nos enfants le mystère de l’amour entre les personnes, l’histoire de la sexualité humaine. Et cela, la reproduction animale ne permet pas de l’approcher ».

Une nouvelle nécessité

Au vu de l’explosion de la pornographie et de l’exposition de plus en plus précoce des enfants, l’auteur préconise de nommer, sans pour autant s’appesantir lourdement, les mots qui désignent les organes génitaux. L’objectif est de les « envelopper de beauté, de leur donner toute leur noblesse », afin de montrer qu’ils n’appartiennent pas au vocabulaire pornographique qui les salit.

Artège

Parlons d’amour à nos enfants, Inès Pélissié du Rausas, Artège, octobre 2019, 22 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]