Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment tenir ses résolutions de rentrée ?

KIDS
VGstockstudio - Shutterstock
Partager

Être plus zen le matin, prendre le temps de prier, avoir du temps pour son couple, être patient avec ses enfants, être disponible aux autres etc. Qui n’a pas eu ces aspirations légitimes ? Et, avec elles, l’envie de tout changer à la rentrée ? Mais ces résolutions sont-elles bien réalisables ? Découvrez quelques pistes pour tâcher de s’y tenir.

Bien choisir son engagement

« Une résolution tenue est une résolution petite, facile à réaliser, pratique, cohérente pour les autres. Il est nécessaire aussi qu’elle soit une réponse à un besoin précis (inquiétude, énervement contre les autres ou contre soi-même, paresse, égocentrisme)», souligne Brigitte de Baudus, formatrice à l’IPEF (Institut pour l’Éducation dans la Famille). Pour sa part, le dominicain Philippe-Marie Margelidon recommande lui que toute résolution soit mûrement réfléchie. Et à ce compte-là, il invite à invoquer l’Esprit de conseil. L’Esprit saint est en effet la personne de la Sainte Trinité idoine pour guider chacun dans ses choix. Par la lumière qu’Il projette sur nos vies, « Il aide à choisir et faire ce qui est juste et bon, sans vouloir chercher à réaliser l’idéal ».

Sonia, jeune maman, requinquée cet été par une session spirituelle, s’est engagée à prier quinze minutes par jour. Le frère Philippe-Marie Margelidon recommande de « changer ce qui est à changer, ou plutôt améliorer ce qui doit l’être ». Si Sonia prie déjà tous les jours, l’habitude est ancrée dans son quotidien. Elle peut donc allonger son temps d’oraison. En revanche, se lancer dans un quart d’heure d’oraison quotidienne si elle n’a jamais pris l’habitude de prier seule sera difficile et risque de la décourager. Il peut alors être bon de se faire aider par un proche qui a cette habitude ou de suivre une école d’oraison, tout en acceptant de commencer petit.

La résolution doit aussi être facile à réaliser

Pierre, père de famille, regrettait son manque de disponibilité à son retour du travail. Il a pris le temps de reconnaître ses limites et d’analyser la situation. Ce qui le gênait le plus à son arrivée à la maison, était le bruit. Pierre a donc décidé de ne pas écouter la radio dans sa voiture le soir. Cela lui a permis d’évacuer les tensions de la journée, de faire le point sur son travail et de faire le plein de silence.

Comment une bonne résolution peut-elle être pratique ? En rentrant à la maison, qui ne s’est pas pris les pieds dans les chaussures du petit dernier ou le sac à dos du collégien ? Dans un premier temps, commencer par trouver une place pour chaque chose (manteaux, chaussures, cartables…). Claire Mazoyer, auteur de Je suis débordé(e) à la maison ! invite aussi les parents à se faire aider de leurs enfants, « en veillant à les encourager, les féliciter et à choisir le bon moment pour ranger ». En choisissant une résolution pratique (chaque chose à sa place) et cohérente pour tous (chacun participe), il est plus facile d’y être fidèle.

La résolution doit répondre à un besoin précis

« Je choisis une résolution, pas dix, et je recommence chaque jour l’effort jusqu’à ce qu’elle devienne facile, une bonne habitude. Je prends le temps de regarder les progrès et de me féliciter », encourage Brigitte de Baudus. « Par exemple, si j’ai pris la résolution d’être plus attentif à mon enfant, je vais prendre le temps, en rentrant à la maison, de l’écouter avec attention en le regardant. Après je vérifie si j’ai bien compris et si je peux raconter ce qu’il m’a dit. Si je n’y arrive pas, je cherche pourquoi et je tente d’améliorer ma qualité d’écoute le lendemain », poursuit-elle.

Si, malgré notre bonne volonté,  nous n’arrivons pas à tenir nos résolutions, il peut être difficile de ne pas se décourager. La formatrice à l’IPEF recommande dans un premier temps d’accepter l’échec et de trouver les causes permettant de rebondir. Puis de revenir à sa motivation première. Claire Mazoyer, pour sa part, préconise de lutter contre le perfectionnisme : « Il vaut mieux faire un peu imparfaitement que rien du tout parfaitement ». Finalement, tenir ses résolutions c’est « offrir d’avance au Seigneur ce qui nous est difficile et demander à notre ange gardien de nous aider à nous motiver», conclue la formatrice.

Je suis débordé(e) à la maison ! Caire Mazoyer et Béatrice Carrot, Serineo 2012, 14,90 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]