Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Archéologie : quand les Romains honoraient la vie dès la conception

fouilles
PASCAL GUYOT / AFP
Une soixantaine de tombes, dont 50 tombes périnatales, ont été découverts à Nîmes.
Partager

Six ans de fouilles après, des sépultures de nouveau-nés et de fœtus ont été découvertes à Nîmes. Selon l’équipe de recherche, la trouvaille permet de donner tort à l’absence de rites funéraires accordés aux enfants dans la Rome Antique.

Durant six années, l’équipe d’archéologues et de chercheurs s’est activée aux abords du rempart romain de Nîmes. Une fouille qui en valait la peine. Non seulement pour ses découvertes mais aussi pour ce qu’elles disent des coutumes romaines. En effet, les textes anciens mentionnent que les enfants ne méritaient pas de rites funéraires. Il semble que la réalité était tout autre.

Cette ancienne nécropole date des Ier et IIe siècles et se situe à l’ouest de la ville, connue pour son arène. Parmi les dizaines de sépultures retrouvées comptait « une cinquantaine de tombes de bébés de moins de six mois et de fœtus », précise Richard Pellé, le responsable de la campagne de fouilles. Il est précisé que « les ossements d’enfants ont été retrouvés dans des coffrages en pierre ou des amphores, qui prouvent le soin accordé par les parents ».

Lire aussi : Le lieu de la multiplication des pains aurait-il été retrouvé ?

Le responsable de l’opération explique également qu’ »à une époque où la mortalité infantile était très élevée, on a pu observer que les parents accordaient un grand soin aux tombes de leurs enfants même si l’enfant n’avait aucun statut juridique, aucune existence avant l’âge de trois ans dans la société romaine ». Plus curieuse encore est la même attention accordée aux fœtus, qui prouve le respect de la vie dès le moment de sa conception. Le maire de Nîmes réfléchit actuellement à l’avenir du site et aux aménagements envisageables.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]