Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les trois gestes de saint Dominique pour mettre son cœur en mouvement

KOBIETA W ŚWIETLE
Evgenij Yulkin/Stocksy United
Partager

Pour saint Dominique, que nous fêtons ce 8 août, chaque prière repose sur trois temps différents : l’accueil, la rencontre et le don. Ainsi, celui qui prie peut s’exprimer avec des gestes du corps : l’accueil en s’agenouillant, la rencontre en ouvrant les bras vers le ciel et le don en se mettant en marche pour aller vers les autres. Ces trois gestes à la fois symboliques et puissants, effectués aussi bien réellement qu’intérieurement, nous font rentrer de manière profonde dans une proximité avec Dieu et les autres.

Quand on aime quelqu’un, on lui sourit, on l’embrasse, on lui tend la main. C’est le moyen naturel du corps pour exprimer la relation aux autres. La prière est du même ordre : elle nous permet d’entrer en relation avec Dieu. De façon naturelle, le corps nous aide à nous mettre en présence de Dieu, tout comme il est l’outil de notre relation au monde. Parce que la culture occidentale a parfois trop marqué « la rupture entre l’esprit et le corps », nous avons du mal à considérer les gestes du corps comme une prière, ainsi que le souligne sœur Catherine Aubin, dominicaine et docteur en théologie, dans Prier avec son corps : à la manière de saint Dominique. Pourtant, les oraisons du fondateur de l’ordre des prêcheurs étaient toujours très expressives. À sa mort en 1221, des frères de sa communauté ont décidé de décrire les neuf manières avec lesquelles le saint avait l’habitude de prier en les illustrant de dessins. Parmi celles-ci, trois peuvent particulièrement nous aider à enrichir notre prière. Il ne s’agit pas pour autant d’une méthode à appliquer dans un ordre précis. Pratiqués par saint Dominique pour les trois temps de prière, ces gestes peuvent être effectués le matin ou le soir lors de nos instants de recueillement habituels, ou tout au long de la journée suivant l’élan ou l’inspiration du moment :

1.
S'agenouiller plusieurs fois pour le temps d'accueil

Saint Dominique avait l’habitude de s’agenouiller plusieurs fois pour la même prière. En nous inclinant ainsi à plusieurs reprises, nous repoussons cette pensée souvent trop fréquente en nous que notre vie ne nous satisfait pas. Sollicités par les envies ou les ambitions de ce monde, nous cherchons constamment la première place. S’agenouiller, c’est reconnaître qui nous sommes ; c’est accepter de nous retrouver démunis face à Dieu, en acceptant que nous sommes faibles, tout en prenant conscience de notre valeur à ses yeux. Ce geste d’accueil, comme premier temps de notre prière, nous invite à rentrer dans une communion avec le Seigneur, en nous fiant entièrement à Lui et à Sa grâce.

2.
Rester debout les bras en croix pour le temps de la rencontre

Pour le fondateur de l’ordre des prêcheurs, ouvrir les bras indique une attitude de confiance et de joie. Après le temps de l’accueil, voici celui de la rencontre avec Dieu. Nombreux sont ceux qui au début trouveront cette attitude un peu surprenante. Nous n’avons pas l’habitude de lever les bras en l’air. Mais ce geste s’avère très puissant pour saint Dominique car il exprime la joie profonde de la rencontre, comme celle du père retrouvant le fils prodigue, dans la parabole racontée par le Christ (Lc 15, 11-32).

Lire aussi : Bruno Cadoré : « La prédication, c’est l’annonce que Dieu s’approche »

Cette position debout exprime notre présence à Dieu. Saint Dominique est présent à Celui qui est présent en Lui. C’est le moment de la rencontre avec Dieu dans un dialogue face à face avec l’Ami. Quant au geste des bras en croix, il signifie la Vie donnée par le Christ et la Vie reçue par le saint. Il nous rappelle que la croix ne symbolise pas seulement la mort mais surtout le triomphe de la Vie.

3.
Aller vers les autres pour le temps du don

Ce geste de prière peut paraître surprenant. Plus qu’un geste à proprement parler, il s’agit d’une attitude qui se vit très concrètement. L’illustration du document transmis par les frères de saint Dominique après sa mort montre que celui qui prie n’est pas seul : il est avec un compagnon. On le voit ensuite en voyage sur les chemins, parti transmettre ce qu’il a contemplé. Saint Dominique illustre ainsi l’importance de l’amitié spirituelle de Jésus avec ses proches. Pour le fondateur de l’ordre des dominicains, la prière est aussi le temps pour être ensemble, pour marcher avec les autres sur les chemins de la foi et la partager. Ce geste de prière ensemble est ordonné autour du don : don de Dieu dans sa Parole et dans sa Vie, don de Dieu qui entraîne à donner et à se donner.

Lire aussi : Cet été, louez la beauté de Dieu

Ainsi, la prière nous invite à trois gestes fondamentaux qui peuvent résumer toute la sagesse d’une vie bien orientée : en partant de la position humble de celui qui s’agenouille, elle débouche sur la marche dans le monde après avoir vécu la joie de la rencontre.

À lire aussi : quand les saints nous expliquent l'importance de la prière :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]