Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À partir de quel moment les anges gardiens nous sont-ils assignés ?

GUARDIAN ANGEL, CHILD
Partager

Les anges gardiens sont présents dans les Écritures dès l’Ancien Testament. Dans le Nouveau Testament, Jésus dit à ses disciples : "Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux." (Mt 18,10).

Bien que ce ne soit pas explicitement écrit dans la Bible, il est communément admis par les théologiens que chaque être humain, qu’il soit chrétien ou non, a un ange gardien assigné à sa protection. « Chacun, aussi humble soit-il, a des anges gardiens pour veiller sur lui », a ainsi déclaré le pape Pie XII, s’appuyant sur les Saintes Écritures mais aussi sur les enseignements de saint Thomas d’Aquin, saint Basile ou encore saint Jérôme. Mais ces grands saints sont loin d’être les seuls à croire en leur existence. De nombreuses personnes, même non chrétiennes, considèrent qu’elles sont protégées par un ange gardien.

Mais alors, à quel moment un ange gardien est-il assigné à la protection de la personne dont il aura la charge ? Pour répondre à cette question, il faut se référer au paragraphe dédié dans le Catéchisme de l’Église catholique, qui constitue la seule source officielle à ce sujet : « Du début de l’existence au trépas, la vie humaine est entourée de leur garde et de leur intercession. Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie. » (CEC n°336)

Saint Jérôme ou saint Anselme ?

Cette assertion n’est pas très précise, puisqu’il y est simplement question du « début » de la vie. Les débats théologiques à ce sujet ne manquèrent pas au fil des siècles, et les avis divergent. En effet, saint Jérôme déclara simplement : « Si grande est la dignité des âmes que chacune, dès sa naissance, a un ange préposé à sa garde. » Ce point de vue, basé sur les connaissances scientifiques de l’époque, fit école pendant plusieurs siècles.

Saint Anselme, de son côté, affirmait que « chaque âme est assignée à un ange au moment où elle est unie à un corps ». Ce point a également été débattu par les théologiens, mais la plupart s’accordent à dire qu’il s’agit du moment de la conception. À en croire ce document compilé par le cardinal Ratzinger en 1987, « l’âme spirituelle de tout homme est immédiatement créée par Dieu ».

En conséquence, il semble effectivement très probable que les anges gardiens nous sont attribués au moment de la conception. Cette hypothèse n’est pas un dogme de l’Église catholique, mais elle s’inscrit dans la lignée d’enseignements qui ont fait école pendant plusieurs siècles, et est en accord avec les paroles de Jésus dans l’Évangile de Matthieu. Dans l’hypothèse où ce serait à la naissance plutôt qu’à la conception, c’est l’ange gardien de la mère qui, automatiquement, serait en charge de l’être qui se développe en son sein.

Que nous en ayons conscience ou non, nous sommes entourés d’anges dès le tout début de notre vie, dont le rôle est de nous protéger de tout mal, qu’il soit physique ou spirituel. Nous sommes libres de les laisser œuvrer ou de ne pas tenir compte de leur aide protectrice. Les anges gardiens constituent un grand mystère, dont nous ne prendrons la pleine mesure que quand nous rencontrerons le nôtre dans le monde à venir.

En images : la hiérarchie des anges
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]