Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Goûters d’anniversaire : halte à la surenchère !

Por JFunk/Shutterstock
Partager

Un enfant est-il malheureux ou honteux si ses parents organisent eux-mêmes son goûter d’anniversaire ? Si ces derniers assument pleinement le choix de faire « simple », en comparaison aux mini événements auxquels on assiste aujourd’hui, l’enfant, entouré de ses amis et témoin de l’implication de ses parents, sera forcément heureux.

Ce besoin de « marquer le coup » – ou marquer le « coût », devrait-on dire – semble prendre des proportions un peu folles ! « Les goûters d’anniversaire classiques sont en voie de disparition », constate Valérie Halfon, conseillère en gestion de budget, dans son livre Tout le monde en a un, sauf moi ! (Albin Michel). « Fini les tartines de chocolat fondu, les chaises musicales et même la pêche à la ligne : les anniversaires sont devenus de petites superproductions, de la simple sortie au fast-food à l’événement au parc d’attractions ».

Une surenchère qui augmente avec le temps, et avec l’âge de l’enfant. Les enfants ne connaissent plus les chasses au trésor au square ou dans le jardin. Ils sont invités au laser game, dans des plaines de jeux ou des mini discothèques. Le nec plus ultra étant de recevoir à domicile où un animateur rémunéré amuse la galerie en organisant des activités sur les thèmes les plus fous : un après-midi en compagnie de Ladybug, un escape game à la maison ou un atelier cinéma. À ce train-là, comment faire face à la pression de son enfant, et à celle de la société, si l’on ne veut pas (ou si l’on ne peut pas) rentrer dans le jeu des goûters d’anniversaire version « De luxe » ?

Assumer ses convictions

« Si on s’obstine à vouloir organiser une fête avec chasse au trésor, course en sac et autres jeux de groupe dans le square du quartier, ne risque-t-on pas de passer pour un extra-terrestre ? », interroge insidieusement Valérie Halfon. Si on maintient pêche à la ligne et chaises musicales, va-t-on singulariser son enfant, au point de le marginaliser et de le rendre mal dans sa peau ? La conseillère est formelle : « Eh bien non ! Si vous êtes sûr de vous et de vos valeurs, votre enfant le sera aussi. C’est lorsqu’on doute que les enfants commencent à douter ».

Si vous réfléchissez ensemble aux activités, si vous l’impliquez dans la déco ou dans la confection du gâteau, si vous lui faites comprendre que vous êtes heureux d’organiser son anniversaire vous-même, il est certain qu’il le sera aussi. Vous serez sans doute surpris de constater que ses amis ne boudent pas les chaises musicales, au contraire. Et vous les verrez se prendre au jeu de la chasse au trésor, qui finalement, a encore plus de saveur lorsqu’elle est « faite maison ».

@Albin Michel

Tout le monde en a un, sauf moi! Libérer nos enfants de la surconsommation, Valérie Halfon, Albin Michel, février 2019, 16,90 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]