Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 25 janvier |
Conversion de Saint Paul
home iconPerles du Web
line break icon

"Le Festin de Babette", "La Strada"... les films préférés du pape François

© IMDb

Le Festin de Babette.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 15/05/19

Alors que le 72e festival de Cannes bat son plein cette semaine, Aleteia vous propose de découvrir les films préférés du pape François.

S’il ne regarde plus la télévision depuis près de 30 ans suite à un vœu fait à Notre-Dame du Mont-Carmel dans la nuit du 15 juillet 1990, ainsi qu’il le confiait à La voz del pueblo en 2015, le pape François a quand même des goûts cinématographiques prononcés. Au cours d’une interview publiée dans la revue jésuite Études, il se confiait sur ses films favoris. « La Strada de Fellini est le film que j’ai peut-être le plus aimé. Je m’identifie volontiers à ce film qui contient une référence implicite à saint François », confiait-il alors. Sorti en 1954, La Strada fait plonger le spectateur au milieu d’un petit groupe de saltimbanques à travers les personnages de Zampanò, Gelsomina et du « Fou ».


TERENCE MALICK

Lire aussi :
L’histoire d’un martyr sélectionnée au Festival de Cannes

Le pontife argentin confie également avoir une prédilection pour les acteurs italiens Anna Magnani et Aldo Fabrizi dont il estime avoir vu tous les films alors qu’il avait entre 10 et 12 ans. « Un autre film que j’ai beaucoup aimé est Rome ville ouverte« , a-t-il poursuivi. Réalisé par Roberto Rossellini et sorti en 1945, ce long-métrage néoréaliste raconte l’histoire de résistants dans Rome occupée par les Allemands. « Je suis surtout redevable de ma culture cinématographique à mes parents qui m’ont souvent emmené au cinéma », explique le successeur de Pierre.

Le Festin de Babette ou la joie de faire plaisir aux autres

Notons également que dans l’exhortation apostolique Amoris Latetitia, le pape François cite le film danois LeFestin de Babette pour lequel il a une prédilection particulière. Réalisé en 1987 par Gabriel Axel d’après l’œuvre de Karen Blixen, celui-ci raconte l’histoire d’une petite communauté puritaine scandinave qui s’abandonne à la joie d’un festin offert par une cuisinière française en exil. « Puisque nous sommes faits pour aimer, nous savons qu’il n’y a pas de plus grande joie que dans un bien partagé […]. Il faut rappeler la joyeuse scène du film Le Festin de Babette, où la généreuse cuisinière reçoit une étreinte reconnaissante et un éloge : “Avec toi, comme les anges se régaleront !”. Elle est douce et réconfortante la joie de contribuer à faire plaisir aux autres, de les voir prendre plaisir. Cette satisfaction, effet de l’amour fraternel, n’est pas celle de la vanité de celui qui se regarde lui-même, mais celle de celui qui aime, se complaît dans le bien de l’être aimé, se répand dans l’autre et devient fécond en lui » (Amoris Laetitia, 129). La scène est visible dans l’extrait ci-dessous.

Dans son livre sur les sept péchés capitaux, le père Pascal Ide note que ce film, « sans nier que se nourrir est une fête des corps, montre que le repas célèbre aussi les âmes et peut même devenir une métaphore du banquet par excellence : l’Eucharistie » (Les 7 péchés capitaux ou ce mal qui nous tient tête, Mame, octobre 2002). Le quotidienLa Croixrapporte des propos que le 266e pape a tenus lors d’un entretien paru le 18 novembre 2016 dans Avvenire, le quotidien des évêques italiens. « On voit immédiatement que certains rigorismes découlent d’un manque, d’une volonté de cacher dans une armure leur triste insatisfaction. Si vous regardez le film Le Festin de Babette, on y voit ce comportement rigide », lançait-il.




Lire aussi :
Pour ses réalisateurs, « Lourdes » est « un film qui crie l’humain ! »

Tags:
CinémaPape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
6
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
7
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement