Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les 9 points à retenir d’ « Amoris Laetitia »

©Corinne SIMON/CIRIC
Partager

Dans le texte tant attendu, le Saint-Père nous invite à tendre les bras aux gens qui souffrent.

Dans Amoris Laetitia (« La joie de l’amour »), l’exhortation apostolique publiée par le Saint-Père le vendredi 8 avril dernier, le Pape invite à comprendre, surveiller, intégrer et d’être ouvert à ceux qui souffrent (AL 312).

Dans ce document pastoral, le Pontife insiste sur le point que les portes de l’Église sont ouvertes à tout le monde en cette année de la Miséricorde. C’est un hymne à l’amour qui mêle tradition et courage dans les temps sombres de notre société. Amoris Laetitia insiste sur la beauté de la vie de famille, mais toujours avec une vision d’espoir dans la construction d’un monde « où personne ne se sent seul » (AL 321), et conciliante, parce que la finalité de « la famille » est l’union avec Dieu.

Neuf points essentiels jaillissent de la lecture de l’exhortation du Pape :

1. À qui s’adresse Amoris Laetitia ?

Il est indéniable que les personnes concernées sont avant tout les catholiques et les prêtres. L’Église redouble d’efforts pour se rapprocher des couples mariés et des parents dans l’éducation de leurs enfants. Dans le premier chapitre, le pape François met l’accent sur l’Évangile, « La Bible abonde en familles, en générations, en histoires d’amour et en crises familiales » (AL 8). La famille n’est pas un idéal mais « une œuvre artisanale, personnalisée » (AL 16).

2. Qu’en est-il de la communion aux divorcés remariés ?

Dans l’exhortation, le Pape souligne que chaque cas est unique et mérite une attention personnelle et rigoureuse. Les divorcés et les couples remariés qui vivent ensembles sont invités à entamer un dialogue à l’église avec un prêtre et un évêque. Le but premier est de prendre conscience du cas par cas.

3. Qui y a t-il de nouveau ?

En ces temps difficiles, la famille est fragilisée, c’est une priorité pour le Pape. Preuve en est, dans son huitième chapitre, il accorde une importance à la miséricorde et au discernement pastoral concernant les situations « irrégulières » ou « complexes » (AL 298). Il insiste sur le fait que les divorcés remariés « ne doivent pas être catalogués ou enfermés dans des affirmations trop rigides sans laisser de place à un discernement personnel » (AL 296). Les personnes doivent être intégrées dans l’Église et faire partie de la communauté ecclésiale « pour qu’il sente l’objet d’une miséricorde “imméritée, inconditionnelle et gratuite” « (AL 297).

4. Que signifie discerner ?

Le Pape veut avant tout une Église qui soit à l’écoute des personne blessées. Une Église accessible pour tous et qui évite les jugements (AL 296). Par conséquent, il n’y a pas de recettes miracle, mais la vérité se rapproche dans l’humilité et la sincérité de la volonté de Dieu.

5. Est-ce que cela signifie qu’il y a des changements dans la doctrine ?

La tradition de l’Église ne change pas. Elle a l’intention de présenter la vérité et la charité de l’Évangile. Jésus a toujours instauré la miséricorde avec les personnes qu’il rencontrait, Il partageait son repas avec les pécheurs.

6. Et la question concernant les homosexuels ?

L’Église appelle au respect et à la dignité des homosexuels. « L’enseignement ne changera pas. »( AL 251) Le Saint-Père condamne cependant toutes les discriminations possibles telles que les agressions et les violences visées à leur égard.

7. Et les personnes qui ne sont pas mariés ?

Le texte s’adresse aux parents célibataires, aux veufs, aux hommes et femmes célibataires. Toutes les familles ont des histoire heureuses ou douloureuses. 

8. Les personnes ayant beaucoup ou peu d’enfants ?

Le troisième chapitre est consacré à certains éléments essentiels de l’enseignement de l’Église sur le mariage et la famille. La réponse : « Humanae Vitae » et la paternité responsable (AL 68).  Plus les époux sont à l’écoute de Dieu et de ses commandements, plus leur décision se rapprochera de la vérité (AL 222).

9. Quel est le plus grand défi de Amoris Laetitia ?

Le plus grand défi de cette exhortation est de mettre en œuvre ce qu’il y est dit. En conclusion, le Pape nous invite à être accessible et à l’écoute d’autrui et des situations douloureuses. Le Pontife nous appelle à la compassion et à aucun jugement. L’Église a pour mission « d’annoncer la miséricorde de Dieu » et d’ouvrir ses portes au cœur à tous, sans exclure personne (AL 308). De plus, il tend à expliquer : « Aujourd’hui, l’objectif de l’Église est de renforcer les mariages et de prévenir des ruptures » (AL 307).

En somme, « La joie de l’amour » n’est pas une liste de règles ou de convictions. Une lecture rapide de son contenu confirme que, lorsque le Pape François parle de « l’artisanat », le Saint-Père fait référence à la richesse et la complexité des relations familiales. Amoris Laetitia, un hymne d’espoir et d’amour à la famille en ces temps de miséricorde.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]