Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Pape invite les Bulgares à se projeter avec le Seigneur vers l’avenir

PAPIEŻ FRANCISZEK W BUŁGARII
ANDREAS SOLARO/AFP/East News
Partager

Les chrétiens doivent découvrir l’œuvre du Seigneur dans leur passé pour mieux se "projeter avec Lui vers l’avenir", a déclaré le pape François au cours de la messe dominicale célébrée à Sofia le 5 mai 2019.

« Dieu est amour qui aime, qui se donne, qui appelle et qui surprend », a martelé le pontife tout au long de son homélie. Être croyant selon lui implique d’avoir confiance en l’Amour de Dieu plus grand que toute limite ou tout péché. Car dans le succès comme dans les erreurs, le Christ « reviendra toujours nous appeler pour nous inviter à jeter les filets ».

Les chrétiens sont donc invités à regarder et à découvrir ce que le Seigneur a fait dans leur passé afin de se « projeter avec Lui vers l’avenir », a déclaré le chef de l’Église catholique devant une petite foule de quelque 8.000 personnes brandissant des drapeaux bulgares mais aussi libanais ou polonais.

La « psychologie de tombeau »

Le Seigneur sait combien est forte la tentation de la nostalgie du passé, de retourner aux choses d’avant. Mais cette « psychologie de tombeau » invite toujours au découragement et à baisser les bras. Tout semble chaque fois se dérouler dans la normalité alors qu’en réalité, la foi « s’épuise et dégénère en mesquinerie ».

Le Souverain pontife a alors appelé les Bulgares à retrouver un esprit de jeunesse. Il a souligné à quel point une Église comme une personne n’est pas jeune par son âge mais par la force de l’Esprit. Celui-ci en effet, invite à témoigner de l’amour du Christ, capable de résister aux « pathologies de l’individualisme consumériste et superficiel ». « Amoureux du Christ, témoins vivants de l’Évangile en tout recoin de cette ville, n’ayez pas peur d’être les saints dont cette terre a besoin », a-t-il lancé solennellement. « Vous arriverez à être ce dont le Père a rêvé quand Il vous a créé ».

Ne pas « fermer les yeux » à celui qui frappe à la porte

Plus tôt dans la journée, le pape François  a demandé aux Bulgares de ne pas « fermer les yeux » à celui qui frappe à leur porte, lors de sa première intervention en Bulgarie devant les autorités du pays aux abords du Palais présidentiel. Trente ans après la fin du régime totalitaire communiste qui entravait sa liberté, la Bulgarie est désormais confrontée aux conséquences de l’émigration, a déploré le pape. Dans le même temps, le pays est plongé dans l’hiver démographique et se trouve être une terre d’accueil pour ceux contraints de fuir les guerres et la misère. « Vous qui connaissez le drame de l’émigration, je me permets de vous suggérer de ne pas fermer les yeux, le cœur et la main (…) à celui qui frappe à vos portes », a déclaré le pape François devant Rumen Radev.

La Bulgarie s’est toujours caractérisée comme un « pont entre l’Est et l’Ouest », favorisant la rencontre entre des cultures, des ethnies, des civilisations et des religions différentes. Le développement, a-t-il estimé, passe nécessairement par la reconnaissance et la valorisation de cette « caractéristique spécifique ». Préoccupé par les deux millions de Bulgares forcés de quitter le pays à la recherche de travail, le pontife a encouragé le gouvernement à leur offrir un avenir d’espérance. Se tournant vers le chef de l’État, il l’a exhorté à poursuivre ses efforts pour créer les conditions favorables aux jeunes afin qu’ils investissent leurs fraiches énergies dans leur patrie.

Après la messe, le pape François a rejoint la nonciature où il passera la nuit. Pour sa seconde journée en Bulgarie, il sera attendu dès 8h15 au camp de réfugié de Vrazhdebna à 8 km de Sofia où il rencontrera des familles syriennes et irakiennes.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]