Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François va rendre visite au père Pedro à Madagascar

Partager

À l’occasion d’un voyage officiel à Madagascar en septembre prochain, le pape François effectuera une visite au centre Akamasoa créé en 1989 par le père Pedro Opeka, qui vient en aide aux personnes pauvres d’Antananarivo.

Le pape François aime les « M ». Du 4 au 10 septembre prochain, il se rendra au Mozambique, à Madagascar et à l’île Maurice. Sa visite à Madagascar, du 6 au 8 septembre, arrive 30 ans après celle du pape Jean Paul II en 1989. Le 8 septembre prochain, un million de personnes sont ainsi attendues pour la messe dominicale. Au cours de son escale à Antananarivo, la capitale du pays, le Pape se rendra notamment au centre Akamasoa créé en 1989 par le père Pedro Opeka, religieux lazariste — argentin lui aussi — engagé auprès des exclus depuis 50 ans. Cette visite, qui sonne comme un hommage, marque l’intérêt du Pape pour le travail titanesque accompli par le père Pedro, véritable Iron Man de la charité, qu’il a déjà rencontré à deux reprises.

Lire aussi : Père Pedro : « Un chrétien doit imiter Jésus, l’ami des pauvres »

« Je savais qu’il fallait faire quelque chose »

L’association qu’il a créée fête ses 30 ans cette année. Depuis ses débuts, elle est venue en aide à plus de 500.000 Malgaches. « Quand on a commencé en 1989, c’était un électrochoc. J’étais scandalisé de voir cette pauvreté, de voir des enfants qui survivaient sur une décharge. […] Cette nuit-là, je me suis mis à genoux sur mon lit et j’ai dit : “Seigneur, aide-moi à faire quelque chose pour ces enfants” », expliquait-il de sa voix de stentor à Aleteia dans un entretien en novembre 2018 en décrivant son combat. « Je savais qu’il fallait faire quelque chose pour ces familles, pour ces enfants. Je n’imaginais pas ce que pourrait devenir 30 ans plus tard cette révolte ». Aujourd’hui, ce sont plus de 25.000 personnes qui vivent dans les villages dédiés aux exclus et aux laissés-pour-compte fondés par le missionnaire.

En images : Mère Teresa, une vie au service des plus pauvres
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]