Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Affaire Barbarin : la levée de l’immunité de Mgr Luis Ladaria Ferrer ne sera pas demandée

Mgr Ladaria Ferrer.
Partager

Le parquet de Lyon ne demandera pas au Vatican de lever l’immunité du cardinal espagnol Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans la mesure où le cardinal Barbarin a fait appel de sa condamnation.

Dans la foulée de la condamnation de Mgr Barbarin le 7 mars, un des avocats des parties civiles a sollicité « l’appui du ministère public » afin d’obtenir la levée de l’immunité de Mgr Ladaria, qu’il accuse d’être un « complice ». Le parquet de Lyon a répondu qu’une telle demande était « prématurée » dans la mesure où le cardinal lyonnais a fait appel de sa condamnation.

Éviter « le scandale public »

Pour mémoire, en 2015, les deux cardinaux avaient échangé au sujet du père Bernard Preynat, mis en cause par d’anciens scouts. Le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi avait conseillé au cardinal Barbarin d’écarter ce prêtre « en évitant le scandale public ».

« Au regard de la motivation précise de la décision rendue par le tribunal correctionnel, il ne fait aucun doute que […] le cardinal Luis Ladaria Ferrer est tout à fait susceptible de faire l’objet d’une condamnation pénale en France pour complicité par instructions », a ainsi écrit écrivait Me Jean Boudot au parquet le 20 mars. Le parquet de Paris ayant récemment demandé la levée de l’immunité du nonce apostolique Luigi Ventura, représentant du Saint-Siège en France où il est accusé d’agressions sexuelles, les parties civiles espéraient « bénéficier du même soutien ».

Ce à quoi le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet, a répondu : « Votre demande tendrait à tirer les conséquences de la motivation du jugement » prononcé le 7 mars. « Comme vous le savez, le cardinal Barbarin a interjeté appel de cette décision. Dans ces conditions, il m’apparaît prématuré de procéder à l’examen de votre demande tant que la cour d’appel n’aura pas définitivement statué », a-t-il ajouté dans un courrier dont l’AFP a eu copie.

À noter également que la notion de droit canonique « scandale public » qu’a employé le cardinal Luis Ladaria Ferrer ne relève que du cadre disciplinaire du droit propre à l’Église. Cette notion n’a rien à voir avec une quelconque volonté de cacher quoi que ce soit à l’autorité judiciaire. La notion de scandale public est ici subordonnée à la vérité : « Parfois nous devons prendre garde au scandale envers le prochain, et parfois ne le condamner en rien. Nous avons appris cela de notre Créateur lui-même. […] Si le scandale vient de la vérité, il vaut mieux laisser naître le scandale plutôt que de laisser de côté la vérité » (St Grégoire le Grand, Homilia in Ezekielem VII).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]