Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Cyprien et Daphrose Rugamba, de la tourmente au don de la vie

twitter-cc
Partager

Le Rwanda fait mémoire ce dimanche du 25e anniversaire du génocide de 1994. Un évènement qui permet de mettre à l’honneur Cyprien et Daphrose Rugmaba, un couple rwandais tué au tout début des massacres.

Ils ont trouvé la mort voici 25 ans. Cyprien et Daphrose Rugamba ont été assassinés le 7 avril 1994, aux premières lueurs du génocide rwandais, avec six de leurs dix enfants. Ils ont connu la même fin tragique que 800.000 de leurs compatriotes, victimes du conflit meurtrier qui a opposé Hutus et Tutsis. Ce dimanche, la basilique d’Argenteuil (Val d’Oise) met le couple à l’honneur lors de la vénération de la Sainte Tunique.

Une vie de couple difficile

La vie du couple n’a pourtant pas toujours été de tout repos. Mariés en 1965, les deux époux connaissent une longue période de désert. Intellectuel et artiste reconnu, notamment dans les domaines de la poésie, de la musique et de la chorégraphie, Cyprien est de culture chrétienne mais il a peu à peu perdu la foi, au point de devenir farouchement athée. Contrairement à Daphrose, enseignante, qui a une vie de prière abondante et se consacre à l’instruction des enfants du quartier. Les infidélités de Cyprien n’arrangent en rien la vie du couple. Daphrose, humiliée par son mari, continue cependant à prier pour lui avec foi et détermination. Après une guérison inexpliquée, Cyprien se convertit brutalement, ce qui leur permet de trouver un nouveau souffle. Ils deviennent alors témoins de l’Évangile dans leur vie quotidienne et rayonnent auprès de ceux qui les approchent, donnant un témoignage d’amour conjugal extraordinaire. À tel point que leurs amis parlent d’une « résurrection du couple ».

Lire aussi : Amélie Ozanam, l’épouse inspiratrice de Frédéric

Un couple « instrument de paix »

En 1990, suite à un voyage à Paray-le-Monial, la « cité du Cœur de Jésus », ils fondent la communauté de l’Emmanuel dans leur pays. Touchés par leur situation préoccupante, ils s’occupent des enfants de la rue de Kigali et fondent un centre pour les accueillir. Alors que les tensions entre Hutus et Tutsis s’accroissent et que le pays est sur le point de s’embraser, Cyprien continue à défendre un message de paix et de dénoncer cette violence. Le 6, le meurtre du président Juvenal Habyarimana marque le début du génocide. Les deux époux sont assassinés le lendemain après avoir passé toute la nuit à prier. Le 18 septembre 2015, leurs causes en canonisation ont été ouvertes par Mgr Thaddée Ntihinyurwa, archevêque de Kigali. À travers leur vie, ils ont prôné la réconciliation et de la miséricorde dans les familles et continuent d’inspirer aujourd’hui encore.

Lire aussi : Félix et Élisabeth Leseur, d’une vie mondaine à une vie en Dieu

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]