Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mères de famille, comment trouver la paix du cœur ?

MOTHER DAUGHTER
Partager

« Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses » (Luc 10, 38-42), dit Jésus à Marthe qui le reçoit chez elle. Quelle mère de famille ne s’identifie pas, par moments, à Marthe ? En train de courir dans tous les sens et de devoir penser à tout ? Pourtant, Jésus n’attend pas d’elle que tout soit parfait. Il l’invite à trouver le repos en Lui. Et la paix du cœur viendra dès lors qu’elle Lui remettra toutes ses tâches à accomplir. Eline Landon, mariée et mère de cinq enfants, auteur de Burn-out maternel et épuisement spirituel (Artège), témoigne de la seule chose nécessaire à la paix du cœur : prendre le temps de s’asseoir aux pieds du Seigneur.

En tant que maman, nous avons à cœur le bien-être de notre famille. Que tout aille bien ! Pour tout le monde et toujours ! Alors, nous ne lâchons rien. Dès le réveil, c’est la course. Je dis dès le réveil, mais parfois, à 3 heures du matin, notre cerveau est déjà en marche pour nous rappeler tout ce que nous avons oublié la veille ou tout ce que nous devrons accomplir le lendemain… Appeler le médecin pour Numéro Un. Faire les courses : le frigo est désespérément vide. Organiser les prochaines vacances. Acheter un cadeau d’anniversaire pour Numéro Deux et pour la copine de Numéro Trois. Préparer le pique-nique pour la sortie au musée de l’école. Appeler Unetelle qui ne va pas bien et tiens, j’ai oublié d’étendre la machine ! Bref, inutile de vous faire un dessin. Les mamans courent dans leur tête et dans la vie, elles essayent de concilier, souvent en jouant les équilibristes de haut niveau, leur vie personnelle, professionnelle, de couple et de mère. Et souvent avec des nuits agitées. L’épuisement menace…

Lire aussi : La rentrée scolaire, véritable pic de charge mentale : sept idées pour s’en sortir

Regardons à présent Marthe et Marie. Comment ne pas compatir à l’activité de Marthe, qui organise, pense et agit ? Comment ne pas comprendre son agacement en voyant Marie qui elle, semble de pas vouloir prendre sa part ? Que celle qui n’a jamais connue cette situation avec son conjoint et ses enfants lève la main ! (à défaut de lancer la première pierre !). Regardons-la râler et dire sa colère à peine déguisée au Maître : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire le service ? Dis-lui donc de m’aider ! » Franchement, soyons honnêtes, n’en aurions-nous pas fait autant ? Jésus pourrait quand même faire quelque chose pour la répartition honnête des tâches domestiques ! Je pense qu’on est toutes d’accord là-dessus, il y a quelque chose de profondément injuste pour Marthe qui se tue à la tâche !

Lire aussi : Marthe, la force de la vie active

Une seule chose est nécessaire, et c’est le contraire de l’agitation

Bon, maintenant que l’on a bien fait monter en nous ce sentiment connu, regardons la réponse de Jésus, qui a bien dû surprendre Marthe. A-t-elle ravalé sa salive pour s’effondrer en larmes dans la cuisine ? Ou s’est-elle laissée surprendre par la douceur et le regard empreint d’amour de Jésus ? « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée ». Je vous propose de laisser résonner en vous ses paroles de Jésus. Une seule chose est nécessaire. Cette chose est le contraire de l’agitation. C’est de s’asseoir aux pieds de Jésus, de l’écouter dans un réel cœur à cœur, pour reprendre souffle auprès de Lui.

Lire aussi : Burn out maternel : quand les mères sont à bout

Cette parole, après m’avoir agacée, me plaît. Jésus nous montre le chemin pour nous les mamans qui sommes les championnes pour nous mettre une énorme pression afin que tout soit parfait. Mais en fait, Jésus n’attend pas de nous que tout soit parfait ! Il n’attend pas de nous une éternelle course ! « Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le Ciel est en toi ? » nous dit Christiane Singer. Et ceci fait écho avec la phrase bien connue de saint Augustin : « Tu nous as fait pour toi Seigneur, et notre cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi ». Ainsi, le Seigneur Jésus nous montre que nous ne trouverons pas notre salut dans la course au « toujours plus », la course à la perfection. Nous trouverons le repos uniquement en Lui, la paix du cœur reviendra si nous Lui remettons toutes nos tâches à accomplir. Et n’est-ce pas cela l’enjeu pour notre famille ? Si maman a la paix du cœur, alors, nous nous sentons en sécurité et aimés pour ce que nous sommes, même imparfaits. Si maman est parfaite en tout, alors faut-il que nous, les enfants, le soyons aussi ? Jésus appelle des personnes imparfaites et faibles; et c’est tant mieux car nous le sommes.

Prendre du temps pour se ressourcer

Je nous encourage donc à prendre du temps pour nous ressourcer. Certaines pourront prendre trente minutes par jour. Pour d’autres, cela sera cinq minutes volées par-ci par-là, un thé sur le canapé envahi de linge, une page d’un livre juste avant le réveil de la sieste du dernier, une balade autour de la maison pour souffler, quelques secondes à genoux devant Jésus, un chant qui redit notre confiance tout en berçant un bébé, une prière à l’Esprit saint avant de prendre une décision ou pour confier un enfant qui vit une difficulté. Chacune peut trouver ce qui lui est possible de faire en envoyant promener la culpabilité qui nous ronge si vite nous les mamans, quand nous ne sommes pas à 100% de nos capacités. Jésus nous connaît et n’attend qu’une chose : que nous venions plus souvent auprès de Lui pour nous « poser », nous reposer.

Lire aussi : Découvrir le rythme et la mission de la femme

Ne sous-estimons pas les temps d’amitié, qui nous font du bien, en un mot : laissons-nous aimer et prenons le temps de nous aimer nous-même en prenant soin de nous. Car comment sinon, pourrions-nous prendre soin de notre conjoint, de nos enfants ? Jésus sait bien que c’est la première chose dont nous avons besoin ! Osons l’imperfection, osons être nous-mêmes, osons nous endormir sans avoir tout réglé, osons dire notre besoin, demander de l’aide dans la simplicité ! Le Seigneur nous comblera si nous avons l’humilité de tout lui remettre en faisant de notre vie intérieure notre priorité. Si maman va bien, si elle est dans le cœur de Jésus, alors tout va bien. La paix revient dans le foyer. Que fais-tu aujourd’hui ? Je « pause » !

Artege
Artege

Burn-out maternel et épuisement spirituel, 9 semaines avec Dieu, Eline Landon, Artège, 2019, 9,90 euros

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]