Aleteia
Jeudi 22 octobre |
Saint Jean-Paul II
Au quotidien

Le meilleur moyen pour qu'un enfant prenne soin de ses affaires

ADHD

LightField Studios - Shutterstock

Edifa - Publié le 24/02/19

La reconnaissance, la responsabilité et la charité, voilà trois bonnes raisons à inculquer à un enfant pour l'inciter à prendre soin de ses affaires. L'enjeu : éveiller en lui le désir de respecter au lieu de l'envie de posséder.

Kerem se précipite vers moi un matin pour me montrer son nouveau cartable. Il y a dessus deux grosses voitures dessinées qui nous regardent les yeux ouverts et le sourire sous le capot. Il m’explique que c’est son rêve depuis plusieurs mois et que ce cartable est « le plus beau cadeau du monde ». Je le conforte dans son appréciation. Carmen, l’après-midi, me supplie de lui donner la date officielle de la remise des beaux uniformes. Elle m’avoue sa souffrance d’attendre aussi longtemps. Les semaines se sont écoulées. Kerem avec son cartable bien rempli vient chaque jour motivé, et Carmen, revêtue de son uniforme, est fière de compter parmi les élèves qui se sont engagés à travailler de leur mieux.

Tout bien matériel en notre possession a une triple valeur

Un soir, alors que les élèves étaient tous partis, je remarque par terre, dans la cour, sous la pluie, un sweat bordeaux et plus loin encore, un cartable vide grand ouvert. Vous avez tous deviné à qui appartenaient ces affaires ! C’est alors que je m’adresse le lendemain aux élèves de collège et de primaire : « Tout bien matériel en notre possession a une triple valeur. La première des valeurs repose sur ce que l’on appelle l’affectif : n’oubliez pas le désir que vous aviez de posséder ce bien, la joie de l’avoir reçu, le soin et la gentillesse de l’autre de vous l’avoir donné, vos économies ou votre patience pour l’avoir obtenu. Cette première valeur est précieuse, c’est la reconnaissance. Conservez la reconnaissance et la joie d’avoir reçu ce cartable ou ce sweat. Un cœur qui se lasse de ce qui lui a été donné avec amour est un cœur qui oublie d’aimer. Vos parents, vos amis ne sont pas des distributeurs automatiques.




Lire aussi :
L’éducation par l’art : savoir regarder, le début pour apprécier le bel amour ?

La deuxième valeur pourrait être quantitative ou qualificative. Elle est pratique, elle répond à une vraie nécessité matérielle. Le cartable pour transporter vos livres, et le sweat pour vous habiller. Mais pensez cela ne suffit pas pour améliorer votre attitude envers vos affaires personnelles. Notre culture occidentale tournée vers la consommation peut étouffer notre prise de conscience sur l’importance et la valeur des choses acquises. La deuxième valeur est celle de la responsabilité de notre cœur envers les choses qui nous sont confiées. C’est la valeur morale.

La troisième valeur est celle de la générosité : penser à transmettre le bien que nous avons reçu à un autre à l’avenir. Cette dernière valeur est la charité. Nous devons recevoir les biens matériels comme un héritage. Nous sommes des passeurs. Il s’agit d’un bel effort solidaire et écologique. Vous pourrez remettre votre cartable à votre petit frère ou votre sweat lorsque vous serez trop grande pour le porter. Lorsqu’il y a un détachement des biens matériels, il y a une place faite dans notre cœur pour l’amour. C’est pour cela que le proverbe dit : là où est ton trésor, là se trouve ton cœur. Que va donner notre cœur ? L’envie de posséder ou le désir de respecter ? » Kerem a gardé son cartable plus de deux ans et Carmen, très fière d’avoir grandi, a rendu son uniforme à la bourse aux vêtements du collège.




Lire aussi :
Prière d’un enseignant à saint Jean Bosco, protecteur des écoliers

Albéric de Serrant

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
chambreecoleÉducationEnfants
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
Une famille missionnaire sur le plateau de "L...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
Louise Alméras
Diacre et premier préfet handicapé de France,...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement